Guide

« Louer abordable », nouvel avantage fiscal pour les bailleurs

Publié le 3 août 2017 à 10h45
« Louer abordable », nouvel avantage fiscal pour les bailleurs
Remplaçant le dispositif « Borloo ancien », le régime « Louer abordable » ou « Cosse ancien » est un nouveau dispositif qui permet aux bailleurs de bénéficier d’un abattement sur les loyers pouvant atteindre 85%. Tous les logements récents ou anciens, respectant les règles de décence et loués nus à usage de résidence principale, sont concernés.

Un conventionnement obligatoire avec l’Anah

Pour accéder au dispositif, vous devez signer avec l’Agence nationale de l’habitat (Anah) une convention dans laquelle vous vous engagez à respecter des plafonds de loyers et de ressources des locataires. La durée de cette convention est de six ans. Elle passe à neuf ans si vous avez perçu une aide de l’Anah pour réaliser des travaux.

 Le bailleur doit veiller à ce que son bien soit occupé au 8 mois par an pour profiter pleinement de ce dispositif.

Trois niveaux de plafonds de loyers

Pour accéder au « Cosse ancien », vous devez respecter des plafonds de loyers qui varient en fonction de la localisation du bien (zone A bis, A, B1, B2 et C) et du niveau de loyer choisi : intermédiaire, social, très social.

Par exemple, en zone A bis (Paris et 76 communes d’Ile-de-France), les maxima sont fixés, hors charges, à 16,83 €/m² habitable en secteur intermédiaire, à 11,77 € en secteur social et à 9,16 € en secteur très social.

Les ressources des locataires sont, elles aussi, plafonnées. En zone A bis, les revenus annuels d’unlocataire célibataire ne pourront pas excéder 37 126 € en secteur intermédiaire, 23 146 € en social et 12 733 € en très social. Revalorisés tous les ans, ces seuils ont été, pour 2017, fixés par le décret du 5 mai 2017.

Bon à savoir

La location a un membre de sa famille (ascendant ou descendant) ou de son foyer fiscal est interdite. Si le logement est détenu par une société (une SCI, par exemple), la location à un associé, un de ses enfants ou parents ou encore un membre de son foyer fiscal est aussi impossible.

Un abattement sur les revenus locatifs

En contrepartie du respect de ces engagements, vous pourrez appliquer un abattement forfaitaire sur vos loyers. Vous bénéficiez en zones A, A bis et B1 d’un abattement de 30 % (intermédiaire) ou 70 % (social et très social). En zone B2, l’abattement est de 15 % (intermédiaire) ou 50 % (social et très social).

Si vous louez dans le cadre de l’intermédiation locative (location à des organismes associatifs qui sous-louent à des personnes en difficultés), l’abattement passe à 85%. Pour y avoir accès vous devez, soit confier un mandat de gestion à une agence immobilière sociale ou à vocation sociale (AIS ou AIVS), soit opter pour une « location sous-location ». Dans ce cas, votre locataire est, non pas un particulier, mais une association agréée qui va installer dans le logement des personnes très démunies.

Bon à savoir

La zone C (communes de moins de 50 000 habitants) est exclue du dispositif Cosse, sauf si vous optez pour l’intermédiation locative.

Des opérations souvent rentables

Grâce à l’abattement, le dispositif Cosse est souvent plus attractif qu’une location au loyer de marché. Le Ministère du logement estime que le gain atteint 6 % en zone A pour un propriétaire optant pour le secteur intermédiaire, 33 % en zone B en secteur social et à 28 % en zone C avec l’intermédiation locative.

L’intérêt financier d’une opération Cosse peut être majoré grâce aux subventions versées par l’Anah pour certains gros travaux ou en cumulant le dispositif Cosse avec la réduction d’impôt Malraux.

Bon à savoir

Avec l’intermédiation locative, vous bénéficiez, jusqu’au 31 décembre 2017, d’une prime de 1000€.

Thèmes :

Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader Français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.