Rachat de crédit immobilier

Vous avez financé votre achat immobilier avec un prêt ? Les taux ont peut-être évolué depuis la concrétisation de votre projet et vous souhaitez bénéficier de conditions d’emprunt plus attractives. On fait le point sur le rachat de crédit et toutes les informations essentielles à connaître avant d’envisager cette opération.

Quand les taux baissent, renégociez votre crédit !

Les taux d’intérêt des prêts immobiliers ont diminué depuis le financement de votre achat immobilier et vous aimeriez en profiter pour obtenir de meilleures conditions d’emprunt ? Deux options s’offrent à vous : renégocier avec votre banque actuelle ou faire racheter votre crédit par une autre banque.

Si de prime abord, vous pouvez vous dire que vous avez tout intérêt à vous lancer dans l’une ou l’autre de ces démarches, la réalité est plus subtile que cela.

Rachat de prêt immobilier : comment ça marche ?

Le principe du rachat de crédit immobilier est le suivant : un établissement bancaire rembourse votre prêt immobilier auprès de votre banque, en contrepartie d’un nouvel emprunt qui servira à rembourser l’opération.

Un rachat de prêt peut vous permettre d’obtenir :

  • Un taux d’emprunt plus compétitif que votre taux actuel : cela dépendra des taux du marché.
  • Une diminution du montant de vos mensualités : c’est une option intéressante si vous avez besoin d’une respiration de votre pouvoir d’achat au quotidien.
  • Une diminution de la durée de remboursement du crédit : votre nouveau prêt immobilier sera soldé plus rapidement.
A noter :

le rachat de crédit est à distinguer du regroupement de crédits. On parle de regroupement de crédits lorsque plusieurs prêts (immobilier, consommation, etc.) sont rachetés par un même établissement financier pour n’en avoir plus qu’un seul à rembourser. Cela présente notamment l’avantage de simplifier la gestion de son budget.

Quand est-ce intéressant ?

Le timing du rachat de crédit est important. Il faut choisir le bon moment pour que l’opération vous soit bénéfique :

  • D’une part, parce qu’à un certain stade de remboursement du prêt, vous aurez fini de rembourser les intérêts : vous ne rembourserez plus que du capital. Négocier un meilleur taux d’intérêt ne présenterait donc que peu d’intérêt.
  • D’autre part, parce que le rachat de crédit implique des frais : indemnités de remboursement anticipé de votre prêt initial, frais de la nouvelle garantie, frais de dossier, assurance emprunteur du nouveau prêt.

Avant de sauter le pas, il est donc essentiel d’avoir vérifié que le coût du rachat de crédit est inférieur à celui de votre prêt actuel, et qu’il vous reste des intérêts à rembourser. Rapprochez-vous d’un conseiller bancaire, qui saura vous conseiller en fonction des particularités de votre dossier.

Bon à savoir :

la banque doit vous informer si le rachat de crédit entraînera une augmentation du coût total de votre crédit, ou un allongement de sa durée de remboursement (loi Lagarde du 1er juillet 2010).

Approfondir le sujet dans notre guide : Profiter de la baisse des taux d’intérêt pour racheter son crédit

Rachat de crédit : préparez votre dossier

Le rachat de crédit implique la contraction d’un tout nouveau prêt. Vous devrez donc monter un dossier complet, tout comme lors du montage de votre crédit initial.

Ce dossier devra comporter des documents concernant votre situation personnelle :

  • Une pièce d'identité en cours de validité pour chacun des co-emprunteurs.
  • Un document attestant votre situation familiale : livret de famille, contrat de mariage, certificat de pacs, jugement de divorce, etc.
  • Un justificatif de domicile de moins de 3 mois.

Il devra aussi inclure des justificatifs de ressources :

  • Si vous êtes salarié : vos trois derniers bulletins de salaire, celui de décembre N-1, et vos deux derniers avis d’imposition.
  • Si vous êtes indépendant : vos trois derniers avis d’imposition, vos trois derniers bilans ou déclarations de chiffre d’affaires si vous êtes autoentrepreneur.
  • Autre : pensez aussi à inclure des justificatifs de toutes vos autres rentrées d’argent régulières, comme des revenus fonciers, une pension de retraite, etc.

Des éléments sur votre prêt initial ainsi que sur votre bien immobilier seront également nécessaires :

  • L’offre de votre prêt immobilier initial, ainsi que son tableau d’amortissement.
  • La taxe d'habitation et la taxe foncière de votre bien immobilier.
  • Votre titre de propriété.

Et enfin, des documents attestant de votre situation financière et patrimoniale :

  • Les trois derniers relevés de tous vos comptes bancaires.
  • Des relevés de vos comptes d'épargne.
  • Les tableaux d'amortissement de vos éventuels autres crédits en cours (auto, personnel, etc.).

Retrouvez tous nos conseils pour monter votre dossier de rachat de crédit immobilier.

En cas de divorce : comment fonctionne le rachat de crédit ?

Séparation et crédit en cours de remboursement : quelles conséquences ?

Vous vous séparez de votre conjoint et votre logement commun est toujours en cours de remboursement ? Si l’un de vous deux souhaite rester dans le bien, l’option la plus courante est de racheter la part de son ex-conjoint : c’est ce que l’on appelle le rachat de soulte.

La soulte peut être financée par un nouveau prêt immobilier, qui englobera à la fois le crédit immobilier à rembourser et le montant de la soulte : si vous changez de banque, il y aura donc rachat de crédit.

Bon à savoir :

le conjoint qui ne souhaite pas conserver sa part du bien immobilier peut se désolidariser du prêt en cours en revendant sa part à l’ex-conjoint. L’établissement bancaire procédera alors à une nouvelle étude de prêt sur la base du conjoint restant afin d’accepter ou non le nouveau financement et la désolidarisation du conjoint du premier prêt.

Comment est calculée la soulte ?

Pour fixer le montant de la soulte, plusieurs éléments entrent en jeu :

  • Le prix du logement : le plus simple est qu’un notaire ou une agence immobilière réalise une estimation, surtout si vous avez du mal à vous mettre d’accord sur un prix.
  • La part de chacun des ex-conjoints dans le bien : la plupart du temps, la répartition est à 50/50, mais dans le cas d’une séparation de biens par exemple, les quotes-parts de chacun dépendent de leur apport dans le financement du logement.
  • Le capital restant dû du crédit immobilier en cours : celui qui souhaite garder le bien immobilier prendra entièrement en charge la fin du prêt.
A noter :

dans le cas d’une succession, où plusieurs personnes peuvent se retrouver propriétaires en indivision d’un bien, le principe du rachat de soulte est sensiblement le même.

Rachat de crédit et frais liés à la soulte

Le rachat de soulte est souvent l’occasion de faire racheter son prêt (ou de le renégocier si vous restez dans le même établissement bancaire).

Le montant emprunté pour le nouvel emprunt comprendra :

  • le montant de la soulte ;
  • le capital restant à rembourser sur le prêt initial ;
  • les éventuelles indemnités de remboursement anticipé ;
  • les frais de garantie du nouveau prêt.
Bon à savoir :

le rachat de soulte entraîne des frais, qu’il est important de prendre en compte. Il faut prévoir des frais de notaire : entre 2 et 3 % du montant de la soulte pour un bien neuf, etentre 7 et 8 % pour un bien ancien. Il faut également prévoir un droit de partage de 1,10 % sur la valeur nette du bien dans le cadre d’un divorce.

Comment financer le rachat d’une part en indivis ? Nous vous répondons dans notre guide. 

Rachat de crédit immobilier : ce qu'il faut savoir

Vous constatez depuis plusieurs mois que les taux d'intérêts sont plus attractifs et souhaitez faire racheter votre crédit immobilier. Voici les principales raisons qui font que le rachat de crédit immobilier peut être une solution :

  • Le nouveau taux d'intérêt doit être plus intéressant que votre taux actuel. En fonction de l'inflation et d'un certain nombre de critères, il est important d'avoir une vision d'ensemble du marché immobilier
  • La diminution de vos mensualités
  • La réduction de la durée de remboursement de votre crédit

Sachez également qu'il est possible de vous adresser au préalable à votre établissement bancaire actuel, afin d'éventuellement renégocier votre crédit immobilier, vous évitant ainsi de vous lancer dans un nouveau projet immobilier parfois long et fastidieux.

Crédit Agricole 1er prêteur de France
Crédit agricole
1er prêteur de France
1 emprunteur sur 4 a choisi le Crédit Agricole pour l’accompagner dans
son projet immobilier
Un réseau d’agence bancaires de proximité
Un service personnalisé
et sur mesure
Un réseau d’agences bancaires de proximité présent sur tout le territoire et plus de 2000 conseillers
à votre écoute
Une souplesse dans le remboursement de vos mensualités
Un maximum de souplesse
pour vos remboursements*
Modulation de vos mensualités
(à la baisse ou à la hausse), pause d’une mensualité et suspension de mensualités jusqu’à 6 mois
Ce site n'est pas optimisé pour Internet Explorer.
Veuillez poursuivre votre navigation sur un autre navigateur.
Bénéficiez gratuitement et sans engagement, d'une étude personnalisée de votre prêt immobilier !
Commencer mon étude