Actualité

Louer son bien : direct propriétaire ou agence immobilière ?

Publié le 2 janvier 2019 à 11h00 - Mis à jour le 13 mars 2019 à 15h27
Louer son bien : direct propriétaire ou agence immobilière ?
Toute personne qui souhaite louer son logement est amenée à se demander s'il est plus avantageux de le confier à un professionnel ou d'en gérer la location soi-même. Aujourd’hui, on estime la répartition des propriétaires à 50%. Direct propriétaire ou agence, il n’y a donc pas de réponse universelle. Afin de vous éclaircir sur le sujet, voici un résumé des avantages et inconvénients de chaque option.

Passer par une agence : les avantages

Passer par un gestionnaire tiers dispose d’avantages indiscutables.

En premier lieu, le gain de temps et la tranquillité d’esprit. Lorsqu’on fait appel à une agence, elle gère la totalité des aspects juridiques et administratifs de la gestion locative.

Rédaction du bail, encaissement des loyers, avis d’échéance, quittances, répartition des charges locatives, élaboration, modification ou résiliation des contrats, états des lieux, vous n’avez pas à lever le petit doigt.

De même pour la gestion technique des biens : en cas de problème, c’est également, elle qui prend en charge les réparations.

Le deuxième avantage majeur est sans aucun doute la sécurité. L’agence s’avère également un allié de taille sur un plan juridique.

En veille permanente sur le marché de l’immobilier, l’évolution des réglementations et des lois, elle remplit un rôle de conseil et vous permet de prévenir et gérer les litiges.

Et les inconvénients

Mais tous ces avantages ont bien sûr une contrepartie.

La première, qui freine la majorité des bailleurs en direct : le prix. Les honoraires s’élèvent en moyenne entre 6% et 9% HT du montant annuel des loyers.

De plus, la gestion immobilière implique souvent des frais supplémentaires, pour vous et votre locataire.

Lors de la signature du bail, chacune des deux parties doit ainsi régler des frais d’agence, votre agence pourra aussi vous facturer divers frais annexes. Aussi, mieux vaut bien étudier son mandat.

Le deuxième inconvénient réside dans le fait que de plus en plus de locataires sont rebutés par les biens mis en location par les agences en raison des frais qu’on leur réclame pour accéder au bien convoité.

Gérer seul son bien : les pour

La gestion locative n’est pas forcément insurmontable, si vous avez du temps à y consacrer et que vous êtes rigoureux et renseigné, cela devrait même être plutôt simple au quotidien.

Bien sûr cette option représente un avantage économique considérable.

En effet, économiser des honoraires d’agence permet d’augmenter la rentabilité de l’investissement locatif.

Cela vous permettra aussi de profiter d’une certaine liberté vis-à-vis de ce dernier et de savoir avec précision comment votre bien est géré.

Autre avantage qui pourrait bien faire pencher la balance, il existe aujourd’hui une quantité de logiciel de gestion locative mise à votre disposition pour simplifier votre gestion administrative au quotidien.

Et les contres

Comme évoqué plus haut, gérer son bien immobilier seul peut très rapidement s’avérer extrêmement chronophage et anxiogène. La gestion quotidienne demande beaucoup de temps, mais également des connaissances techniques et juridiques.

La règlementation évolue régulièrement et impose des devoirs pour le propriétaire.

En ce qui concerne la recherche de locataire, elle peut facilement prendre plusieurs semaines ou plusieurs mois, durant lesquels le logement vacant ne procure pas de loyer à son propriétaire, réduisant de facto la rentabilité de l’investissement.

Pour ce qui est des sinistres et dégâts au sein du logement, ce type de gestion implique que vous soyez capable d’intervenir rapidement sur le bien.

Pour aller plus loin :

Thèmes :
Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.