Guide

Emprunter à deux : tout ce qu’il faut savoir

Publié le 25 janvier 2018 à 17h50 - Mis à jour le 16 février 2018 à 15h32
Emprunter à deux : tout ce qu’il faut savoir
Emprunter à deux pour acheter son logement permet généralement d’obtenir de meilleures conditions de financement. Voici tous les éléments à prendre en compte pour prendre un crédit à deux en toute sérénité. 

Emprunter à deux, solidarité obligée !

En empruntant à deux, vous êtes co-emprunteurs et…solidaires !
En effet, la plupart des contrats de prêt prévoient une « clause de solidarité ».
Concrètement, si l’un d’entre vous ne peut pas assurer sa part de remboursement, l’autre devra assumer la totalité de sa prise en charge.
C’est pourquoi la question de l’assurance du prêt est d’autant plus cruciale lorsqu’on emprunte à deux.

Bien s’assurer lorsqu’on emprunte à deux

En général, le banquier conditionne l’octroi du prêt immobilier à la souscription d’une assurance qui prend en charge les mensualités en cas de décès, invalidité, maladie grave et, éventuellement, de perte d’emploi.

La règle est que le capital emprunté soit, au minimum, couvert à 100%. La répartition entre vous peut être égalitaire (50/50) ou non (60/40 ou 70/30, par exemple).
Par exemple, si vous avez souscrit à deux un emprunt de 100 000€ avec une quotité d’assurance de 50 % chacun, cela signifie que la moitié du remboursement sera pris en charge par l’assurance en cas de décès ou de maladie de l’un des co-emprunteurs.
Il est aussi possible, et préférable, pour une protection optimale, que chacun des co-emprunteurs optent pour une couverture de 100%.

Pour choisir efficacement vos quotités d’assurance, vous devez tenir compte de plusieurs critères : niveau des revenus, situations professionnelles et état de santé de chacun d’entre vous.

Le sort du crédit à deux en cas de séparation

Souvent, en cas de séparation ou de divorce, le logement commun est vendu et le prêt remboursé par anticipation.
Attention, tant que la vente n’est pas effective, les ex-conjoints restent redevables du montant restant dû sur leur emprunt.
En effet, un divorce ou une séparation ne mettent pas fin automatiquement au crédit !

Si le partage des biens attribue le logement à l’un des ex-conjoints, celui-ci prend généralement en charge la totalité du crédit immobilier en cours. Mais il faut, pour cela, obtenir l’accord de la banque.
Si son accord n’est pas obtenu ou si elle n’est pas informée, elle pourra réclamer le remboursement du prêt indifféremment à l’un ou à l’autre.

Enfin, celui qui souhaite conserver le logement peut, si ses revenus le lui permettent, racheter la part de l’autre.
Dans ce cas, il devra parfois souscrire un autre crédit en son nom propre.

A lire également :

Thèmes :

Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader Français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.