Guide

Assurance-emprunteur : comment assurer un investissement locatif ?

Publié le 19 décembre 2018 à 10h13 - Mis à jour le 4 janvier 2019 à 15h14
Assurance-emprunteur : comment assurer un investissement locatif ?
Vous financez un investissement immobilier à crédit ? La banque vous demande une assurance emprunteur qui vous protège, ainsi que vos proches, en cas de décès, d’invalidité ou de maladie grave. Mais les garanties réclamées sont différentes si vous achetez pour investir et non pour y loger. Explications.

Le principe de l’assurance emprunteur

Lorsque vous financez votre résidence principale ou secondaire, la banque qui vous prête exige une assurance qui couvre obligatoirement ces trois risques :

- décès,

- invalidité vous empêchant d’accomplir seul les actes de la vie quotidienne

- et incapacité temporaire de travail (ITT).

Lorsque l’un de ces événements survient, l’assurance verse le capital restant dû (décès ou invalidité) ou assume le remboursement des mensualités pendant un temps déterminé (ITT et perte d’emploi).

Des garanties allégées pour un investissement locatif

Pour un investissement locatif, la banque va vous réclamer seulement les garanties décès et invalidité.

La garantie ITT n’est, en général, pas exigée. Le prêteur estime, en effet, que ce sont les loyers et non vos revenus professionnels qui vont vous permettre de faire face à vos mensualités.

Bon à savoir

Rien ne vous empêche, si vous le souhaitez, de souscrire les garanties ITT et perte d’emploi. Le montant de votre prime d’assurance emprunteur sera, alors, plus élevé. Mais n’oubliez pas que vous pouvez la déduire de vos revenus fonciers !

Pour aller plus loin :

Thèmes :
Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.