Actualité

Comment négocier le prix d’un bien immobilier

Publié le 6 mai 2016 à 18h58 - Mis à jour le 21 mars 2017 à 15h18
Comment négocier le prix d’un bien immobilier
Acheter un bien immobilier représente un investissement important. Bien acheter est donc crucial. Étape incontournable du processus d’achat : la négociation. Pour pouvoir négocier le prix d’un bien immobilier, il faut avoir des arguments fondés. La couleur du papier peint ne peut s’avérer déterminante. Par contre, la mise aux normes d’un réseau d’électricité apparaît logiquement comme un point de négociation.

La première étape consiste donc à lister les points qui peuvent justifier une négociation. Il faut pour cela que les éléments représentent un surcoût à plus ou moins long terme, ou qu’ils s’apparentent à un défaut du bien immobilier. Les procès-verbaux des dernières assemblées générales peuvent évoquer des travaux futurs, tels que la mise aux normes des ascenseurs, le ravalement de l’immeuble, l’étanchéité de la toiture, etc. Pour tous ces travaux à venir, en tant que futur copropriétaire, l’acheteur aura un coût à supporter. Il est donc logique de tenter de déduire tout ou partie de ces travaux du prix de vente. Le bouquet de diagnostics obligatoires peut également mettre en avant le besoin de réaliser des travaux. Le diagnostic électricité, notamment, peut révéler le besoin de rajouter la terre ou de refaire un tableau électrique. Armé de devis, l’acquéreur potentiel peut faire valoir ces coûts au propriétaire.

L’évolution de l’environnement peut également jouer sur le prix d’un bien immobilier. La future construction d’une résidence, créant à terme un vis-à-vis inexistant au moment de la vente, ou l’implantation d’une antenne de téléphonie mobile, peuvent venir ajouter des nuisances. Accepter ces nuisances, en contrepartie d’une réduction du prix immobilier, peut être intéressant tant pour le vendeur, qui pourrait avoir plus de difficultés à vendre à terme, que pour l’acquéreur qui pourra acheter moins cher. Une nuisance peut être tolérée différemment par chacun. Le bruit d’un train sera insupportable à certains, mais évoquera le voyage à d’autres. Quoi qu’il en soit, l’absence de nuisance sonore reste la plus souhaitable des situations.

Il faut donc étudier tous les éléments de manière objective afin d’en faire des arguments. En cas de vente par l’intermédiaire d’une agence immobilière, l’agent immobilier peut jouer un rôle de tiers de confiance. Il a de plus tout à intérêt à conseiller le propriétaire et à réaliser la vente le plus rapidement possible. Il pourra être un relai pour convaincre le propriétaire de faire un effort sur le prix de vente.

Hormis le coup de cœur ou la contrainte externe, comme la nécessité de déménager à échéance fixe par exemple, il est conseillé de prendre son temps. Mieux vaut rater une opportunité que de regretter d’avoir payé trop cher son logement. La patience de l’acquéreur face à un vendeur pressé pourra inciter ce dernier à faire baisser le prix, afin de conclure au plus vite la vente de son bien.

Enfin, une offre d’achat écrite, même en dessous du prix de vente, peut faire réfléchir le propriétaire, qui y trouvera la garantie d’une vente à court terme.

À lire également :

Thèmes :

Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader Français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.