Crédit immobilier : la France est particulièrement attractive
Actualité

Crédit immobilier : la France est particulièrement attractive

Publié le 07/11/19
Crédit immobilier : la France est particulièrement attractive
En France, il fait bon investir dans l'immobilier. Pour acheter sa résidence principale ou pour réaliser un investissement locatif, force est de constater que tout est mis en œuvre pour que les Français souscrivent un crédit immobilier. Découvrons comment la France a su inciter les ménages à acheter.

Des taux particulièrement bas

En France, en septembre 2019, le taux de crédit moyen était de 1,18 % pour une durée moyenne de 18,8 ans : une aubaine pour réaliser un crédit immobilier et réaliser son projet d'achat.

Cela suit la tendance de 2018 qui fut une bonne année pour les organismes de crédit. En effet, en un an, la production de crédits immobiliers a augmenté de 7,5 %. Si les taux français incitent les ménages à investir, nous constatons qu'ils bénéficient d'une situation privilégiée si l'on compare les taux dans d'autres pays européens.

En 2018, le taux moyen en France était de 1,56 % contre 1,83 % en Allemagne, 1,92 % en Espagne, 2,05 % au Royaume-Uni et 2,10 % en Italie. Seuls les Danois ont fait mieux avec un taux atteignant seulement 1,09 %.

L'Europe est particulièrement bien située en matière de taux. En effet, aux Etats-Unis, les ménages empruntent en moyenne à 5 %. C'est le taux auquel nous empruntions en 2008, année de la crise financière.

Des taux fixes

Dans le cadre d'un crédit immobilier, il est possible d'emprunter à taux fixe ou à taux variable. Or, cette dernière solution est un risque si les taux s'envolent en cours de crédit.

En France, c'est le taux fixe qui est privilégié par les banques, une sécurité pour les ménages qui savent que leur mensualité sera la même jusqu'à la fin de leur prêt immobilier. Cela permet une meilleure gestion de son budget et de s'éviter toute mauvaise surprise, même si le taux variable peut naturellement être intéressant en cas de baisse de taux comme c'est le cas en France depuis quelques années.

Des aides de l'Etat

Au-delà des taux, les Français bénéficient d'aides qui permettent de réduire le montant de leur crédit. C'est le cas par exemple du prêt à taux zéro, qui finance entre 20 et 40 % du montant de votre crédit selon la zone géographique dans laquelle est situé votre bien immobilier et la nature de celui-ci (neuf ou ancien).

Le prêt action logement est, quant à lui, un crédit dont le taux varie entre 0 et 1 %. Ce prêt attribué aux salariés du privé, hors entreprises agricoles, peut atteindre 25 000 €. 

Le prêt d'accession sociale finance, quant à lui, l'intégralité de votre achat à un taux avantageux, dès lors que vous respectez les plafonds de revenus.

D'autres aides peuvent être accordées au niveau local. N'hésitez pas à contacter votre commune, votre département ou votre région pour savoir si votre situation vous permet d'en bénéficier.

Un investissement locatif stimulé

En France, si le crédit immobilier est attractif en raison de taux faibles et d'aides diverses de l'Etat, n'oublions pas que, dans le cadre d'un investissement locatif, il est possible de réaliser des économies importantes, notamment grâce à des dispositifs tels que la loi Pinel.

Si vous envisagez de louer votre bien, vous pourrez prétendre à une réduction d'impôt pouvant atteindre 21 % du montant de votre acquisition (avec un plafond de 300 000 €). Le dispositif Denormandie permet d'obtenir une aide similaire dans le cadre de l'acquisition d'un bien ancien dans lequel le montant des travaux correspond au minimum à 25 % du prix d'achat de votre logement.

Thèmes :

Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.