Conseil

Résidence secondaire : ce qu’il faut savoir avant de se lancer

Publié le 16 juin 2015 à 21h12 - Mis à jour le 2 février 2018 à 10h37
Résidence secondaire : ce qu’il faut savoir avant de se lancer
Les prix de l’immobilier au m2 se sont stabilisés, voire ont parfois baissés dans certaines zones géographiques. Est-ce le moment d’acquérir votre résidence secondaire ? Avant de vous lancer, voici quelques conseils.

Des charges à prévoir

Au-delà du prix d’acquisition, une résidence secondaire a un coût. En effet, la fiscalité locale est plus élevée pour une résidence secondaire que pour une résidence principale. Par exemple, la taxe d’habitation ne bénéficie pas des abattements applicables à la résidence principale. Dans certains cas, le bien peut être soumis à une surtaxe d’habitation. En effet, depuis cette année les conseils municipaux des communes situées dans les zones tendues (Annecy, Nice et Paris par exemple) peuvent majorer la taxe d'habitation des résidences secondaires.

Par ailleurs, votre prime d’assurance habitation pourrait être plus élevée en raison du risque accru de cambriolages causé par une absence prolongée.

Enfin, en fonction de la localisation géographique de votre résidence secondaire, il faudra supporter certains frais spécifiques comme le chauffage « hors gel » et le déneigement en montagne, les ravalements fréquents à la mer…

Toutefois, il est possible de réduire vos charges et ce, notamment grâce à la location saisonnière.

La location saisonnière pour amortir les frais

Pour rentabiliser votre lieu de villégiature, vous pouvez le louer quelques semaines dans l’année, lorsque vous ne l’occupez pas. Si personne de votre entourage ne peut gérer les locations (accueil des locataires, états des lieux…) vous devrez faire appel à un agent immobilier. Le montant de cette prestation s’évalue entre 15  et 20 % du montant du loyer. Les revenus tirés des locations saisonnières sont imposés dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC). En deçà de 32 900 € de revenus annuels, vous serez soumis au régime des micro-BIC avec, à la clef, un abattement forfaitaire pour charges de 50 % (71 % si la location est estampillée « Gîtes de France » ou « meublé de tourisme »). Toutefois, vous pouvez renoncer au micro-BIC pour le régime réel ; qui vous permettra d’imputer certaines charges (intérêts d’emprunt, dépenses de travaux…) sur vos loyers.

À noter : le montant déductible est proratisé en fonction du temps de location dans l’année.

Une mise en location dans les règles

Avant la mise en location de votre résidence secondaire, il est nécessaire de faire une déclaration de meublé de tourisme en mairie. Il faudra également penser  à prévenir votre assureur.

À noter : dans les villes de plus de 200 000 habitants (Paris, notamment), vous devez préalablement obtenir en mairie une autorisation préalable de changement d’usage.

Thèmes :

Les contrats d’assurance dommages sont assurés par PACIFICA, S.A. au capital entièrement libéré de 281 415 225 €, entreprise régie par le Code des Assurances. Siège social : 8-10 Boulevard de Vaugirard 75724 Paris Cedex 15. 352 358 865 RCS Paris. Les événements garantis et les conditions figurent au contrat.Les différents contrats d’assurance sont distribués par votre Caisse Régionale de Crédit Agricole, immatriculée auprès de l’ORIAS en qualité de courtier. Les mentions de courtiers en assurances de votre Caisse sont à votre disposition sur www.mentionscourtiers.credit-agricole.fr ou dans votre agence Crédit Agricole.

Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader Français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.