Actualité

Acheter ou louer sa résidence principale, comment décider ?

Publié le 28 mars 2019 à 11h00 - Mis à jour le 29 mars 2019 à 15h32
Acheter ou louer sa résidence principale, comment décider ?
Selon l’Insee, 58% des français sont propriétaires de leur résidence principale, les autres sont locataires. Certains voient un engagement trop important dans l’achat, d’autres ont l’impression de perdre de l’argent en louant. Achat, location, vous hésitez ? Découvrez notre éclairage pour vous guider face à ce choix crucial.

Des pour et des contre

Les arguments pro-achat sont nombreux : sécurité du logement, épargne forcée, création de patrimoine, les taux sont bas.

Pour ce qui est de la location, elle permet une plus grande flexibilité puisque peu engageante.

En revanche, le locataire a tendance à avoir l’impression de jeter chaque mois son argent par les fenêtres.

Pour autant, la question de l’achat ou de la location d’une résidence principale est épineuse et nécessite qu’on se pose diverses questions, car un investissement trop hâtif peut avoir de lourdes conséquences.

Une vie nomade ou sédentaire ?

Si vous êtes amené à changer de ville ou de région tous les 3 ou 4 ans, il est évident que la location est préférable.

À l’inverse, si vous êtes plutôt sédentaire, il serait peut-être plus intéressant pour vous d’envisager l’achat.

Car en effet, on considère que les frais de notaire et d’agence immobilière ne sont amortis qu’au bout de 5 ou 6 ans en moyenne et les délais de revente sont bien supérieurs aux préavis des location.

A l’heure où un salarié change en moyenne 4,5 fois de métier dans les premières années de sa carrière et ou les changements de région, liés au développement professionnel sont de plus en plus courants, le besoin de mobilité et de réactivité de bien des aspirants propriétaires est souvent incompatible avec l’acquisition d’un bien.

Loyer vs mensualités et coûts annexes

Le différentiel entre le montant du loyer et de la mensualité de remboursement varie en fonction des villes.

Si dans certaines l'écart est tel qu’il en dissuade plus d’un, dans d’autres, il ne coûte pas forcément plus cher d’acheter que de louer.

Mais l’achat d’un bien implique d’autres dépenses que la mensualité : charges, impôts, taxe foncière, etc.

Il est bien sûr primordial de les envisager avant de prendre votre décision.

Il en va de même pour les dépenses liées à l’acquisition, frais de notaire, taux d’intérêt, assurances etc.

Partant de là, le critère le plus important à observer est la durée de détention du logement, nécessaire à rentabiliser l’achat. Là encore cette durée diffère selon les villes, de 3 ans dans des villes comme Mulhouse ou Limoges à 15 ans pour Paris intra-muros.

Se projeter sur le long terme

Au-delà de son aspect patrimonial, un achat implique des contraintes en termes de vie quotidienne, impactant les situations personnelles, professionnelles, financières des acquéreurs.

Il est ainsi important de se questionner sur l’avenir afin d’assurer son investissement.

Au-delà de la question de la mobilité et puisqu’il faut des années pour le rentabiliser, il faut non seulement que la taille du logement corresponde à vos besoins actuels, mais aussi à vos besoins dans 5 ans, voire 10.

Une famille qui s’agrandit, des enfants qui quittent le nid, tout doit être envisagé.

L’achat et la sécurité du logement

Lorsque l'on est locataire de son logement principal, on est soumis à l’échéance du bail, qui peut être renouvelé ou non, cela peut présenter un risque que n’implique pas de statut de propriétaire.

De plus, en cas de perte d'emploi, l’acquéreur pourra faire jouer son assurance perte d'emploi (s'il s'en est assuré au moment de monter le crédit), contrairement au locataire.

L’achat offre donc une certaine sécurité de logement.

Pour résumer, la location d’un bien est moins engageante que l’achat et souvent financièrement préférable dans les grandes villes ou si vous êtes amené à devoir être mobile pour votre travail.

Si en revanche vous envisagez d’acheter, vous devez prendre en compte le prix de l’immobilier et ses perspectives d’évolution, ainsi que les conditions du crédit octroyé. 

Thèmes :
Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.