Guide

Logement étudiant de votre enfant : une occasion d’investir

Publié le 12 septembre 2016 à 16h06 - Mis à jour le 2 mars 2017 à 16h01
Logement étudiant de votre enfant : une occasion d’investir
À l’approche de la rentrée scolaire, et notamment universitaire, se pose parfois la question du logement de son enfant. Acheter un appartement étudiant peut alors être une occasion de développer son patrimoine immobilier et de se lancer dans l’investissement locatif.

Pour résider au plus près de son lieu d’étude, votre enfant a parfois besoin de son propre logement. Rarement autonome financièrement, l’enfant reste, dans ce contexte, souvent soutenu par ses parents.

La dépense pour le logement de son enfant étudiant peut être une perte financière s’il s’agit d’une simple location, mais elle peut devenir l’opportunité d’acquérir un bien immobilier.

Avec un cursus d’études supérieures d’une durée de plusieurs années, acheter un logement étudiant pour son enfant peut être un choix judicieux. En effet, payer tout ou partie du loyer de son enfant à un propriétaire, ne permet pas de réinjecter cette dépense dans le patrimoine familial.

Acheter un logement étudiant pour son enfant peut être intéressant à plusieurs points de vue.

Pour les parents, la dépense pour l'enfant devient un investissement dans le patrimoine. À l’issue de ses études, le bien peut alors être mis en location auprès d’autres étudiants, ou bien revendu. Si un gestionnaire de résidence universitaire commercialise des logements, et qu’il est possible de le faire occuper par son enfant, les avantages fiscaux CENSI-BOUVARD peuvent venir alléger l’investissement. Toujours du point de vue fiscal, garder son enfant à charge en le soutenant pour son logement, permet de conserver sa demi-part pour l’impôt sur le revenu.

Pour l’enfant, cela peut faciliter l’accès au logement. La concurrence entre étudiants est rude, et les logements parfois rares. En achetant un logement étudiant pour son enfant, il est préservé de ces marchés immobiliers tendus. À l’issue des études, ce logement peut également devenir son premier bien immobilier. Il évite ainsi de démarrer son parcours immobilier par une phase locative, qui ralentit parfois la possibilité d’accéder à la propriété. Les loyers viennent en effet pénaliser la capacité d’épargne. En démarrant avec un premier bien immobilier en accession, il peut plus facilement accéder par la suite à un second bien immobilier, grâce à l’apport que constitue le premier bien.

Lorsque plusieurs enfants démarrent leurs études successivement, l’achat d’un logement commun peut être un moyen d’éviter un multiple loyer pour plusieurs appartements.

De plus, si les enfants versent un loyer, plus ou moins important, le coût de l’investissement s‘en trouve allégé.

À l’approche de la rentrée scolaire, le logement des étudiants est à l’ordre du jour. Ce projet doit être abordé dans sa globalité en se posant les bonnes questions. Le déménagement sera-t-il temporaire, pour une année de prépa par exemple avant un nouveau déménagement, ou bien sera-t-il plus pérenne avec des perspectives d’installation post études ? Si votre enfant est un fervent surfeur, et part faire ses études à Biarritz, pas sûr qu’il souhaite revenir à l’issue de ses études. Une contribution totale ou partielle au financement d’un loyer pour votre enfant vous permettrait-elle de financer l’acquisition d’un bien immobilier ? Quels seront les impacts fiscaux en fonction de ces différents scénarios ?

L’acquisition d’un logement étudiant pour son enfant peut être une belle opportunité d’investissement immobilier, et une belle opportunité pour l’enfant de démarrer sa vie d’adulte. Ces moments clés dans la vie d’une famille sont peu nombreux, il faut leur accorder une attention toute particulière pour faire le bon choix. Échanger avec son enfant sur son projet de vie personnelle et professionnelle peut permettre de prendre la bonne décision.

À lire également :

Thèmes :

Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader Français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.