Acheter une résidence secondaire
Guide Il y a 10 mois 3 min

Acheter une résidence secondaire : les questions à se poser avant d’acheter

Vous envisagez de vous offrir une résidence secondaire ? Votre cahier des charges ne sera pas le même que pour l’acquisition de votre résidence principale. Voici toutes les questions à vous poser avant de signer.

Où acheter une résidence secondaire ?

A la différence de votre résidence principale, la proximité de votre lieu de travail, des transports ou du meilleur collège n’entrera, a priori, pas en compte dans le choix de la localisation de votre maison ou de votre appartement de vacances.

En revanche, votre choix de résidence secondaire sera dicté par :

  • Votre budget.
  • Vos goûts : êtes-vous plutôt campagne, mer ou montagne ? 
  • L’usage que vous souhaitez faire du bien : pensez-vous y passer tous vos weekends ou simplement l’utiliser pendant les vacances ? Envisagez-vous de le louer pendant que vous n’y êtes pas ?

En fonction des réponses apportées, vous pourrez définir un critère de localisation géographique et de taille de logement !

Bon à savoir :

plus votre résidence secondaire sera éloignée de votre résidence principale, plus il sera difficile et coûteux de vous y rendre régulièrement !

Pourquoi acheter une résidence secondaire : quels sont mes objectifs à moyen et long terme ?

Réfléchissez à vos motivations car elles auront des incidences sur le montage juridique et sur le choix du bien :

  • Vous souhaitez trouver votre future maison de famille ?
    • Dans ce cas, choisissez-la suffisamment grande pour accueillir vos enfants, beaux-enfants et futurs petits-enfants.
    • Envisagez un achat via une société civile immobilière (SCI) pour faciliter la gestion du bien et sa transmission.
    • Vous prévoyez de transformer votre résidence secondaire en résidence principale au moment de la retraite ?
      • Privilégiez les communes avec un minimum de commerces (boulangerie, supérette, pharmacie…).
      • Dans la mesure du possible, choisissez une habitation disposant, au moins, d’une chambre et d’une salle de bains au rez-de-chaussée. Ce qui vous permettra, même âgé, de rester y vivre dans de bonnes conditions.
A noter :

même si, initialement, votre projet d’achat de résidence secondaire n’est destiné qu’à un usage privé (vacances en famille, week-end détente...), il est important d’avoir une vision objective de la valeur immobilière de votre bien. Quel est son potentiel locatif ? Sera-t-il facile à revendre, si besoin ? Il est important de parvenir à avoir une vision objective sur votre coup de cœur. N’hésitez pas à analyser le marché actuel pour estimer la rareté et le potentiel immobilier de votre bien.

Quel entretien pour ma résidence secondaire ?

L’entretien de votre résidence peut représenter le poste le plus important en matière de coûts. En effet, n’y vivant pas au quotidien, le moindre dégât peut rapidement prendre de l’ampleur, comme par exemple, un simple dégât des eaux constaté des semaines plus tard...

Bon à savoir :

n’oubliez pas qu’un bien situé en front de mer ou à la montagne nécessite des ravalements réguliers à cause, notamment, des embruns et du sel de déneigement.

Si vous êtes bricoleur et si vous aimez le charme de l’ancien, vous pouvez acheter une maison « à retaper ».

Mais ne sous-estimez pas le coût des travaux : si un simple rafraîchissement coûte autour de 300 €/m², une rénovation complète peut dépasser les 1 000 €/m² !

A contrario, grâce aux différentes garanties, faire construire une maison neuve vous protège des gros travaux pendant dix ans (garantie décennale).

Quels frais, quelle fiscalité pour ma résidence secondaire ?

Pour votre bien-être, il est important que votre résidence secondaire n’empiète pas sur votre confort quotidien. Pour cela, une estimation préalable des coûts globaux est une étape incontournable de votre projet :

  • En plus de la taxe foncière, les résidences secondaires, contrairement aux résidences principales, restent redevables de la taxe d’habitation. Par ailleurs, une majoration de la taxe d’habitation peut être prévue dans les communes situées en zone tendue. Vous pouvez vérifier si une commune est en zone tendue, ou pas, grâce au simulateur du Service Public. 
  • Vous n’aurez pas accès à certains avantages fiscaux, comme l’aide MaPrimeRénov’ par exemple, pour financer des travaux énergétiques dans votre résidence secondaire.
  • Les primes d’assurances habitation sont plus élevées pour les résidences secondaires. En effet, le risque est plus élevé car elles sont inoccupées une partie de l’année.
  • Pour bien gérer votre résidence et en profiter, il reste une dernière estimation à ne pas négliger : les frais de transport. Train, voiture, péage, etc. Les coûts de transport sont également à inclure dans votre projet.

Pour un achat serein, il est donc important de prévoir un budget mensuel alloué à votre résidence secondaire englobant tous ces points.

Si le projet vous semble trop lourd pour votre budget, revoyez vos critères. Par exemple, un appartement en résidence vous demandera moins d’entretien qu’une maison de campagne. Enfin, pensez également à consulter les communes voisines pour comparer les taxes d’habitation... 

Bon à savoir :

les travaux d’amélioration ou de rénovation énergétique dans une résidence secondaire ouvrent droit à des taux réduits de TVA, à 10 % ou 5,5 %.

Pour aller plus loin :

Vous souhaitez aller plus loin ?

Réalisez gratuitement et sans engagement, une étude personnalisée de votre prêt immobilier et bénéficiez d’un suivi individualisé avec un conseiller.

COMMENCER MON ETUDE
Crédit Agricole 1er prêteur de France
Crédit agricole
1er prêteur de France
1 emprunteur sur 4 a choisi le Crédit Agricole pour l’accompagner dans
son projet immobilier
Un réseau d’agence bancaires de proximité
Un service personnalisé
et sur mesure
Un réseau d’agences bancaires de proximité présent sur tout le territoire et plus de 2000 conseillers
à votre écoute
Une souplesse dans le remboursement de vos mensualités
Un maximum de souplesse
pour vos remboursements*
Modulation de vos mensualités
(à la baisse ou à la hausse), pause d’une mensualité et suspension de mensualités jusqu’à 6 mois
Ce site n'est pas optimisé pour Internet Explorer.
Veuillez poursuivre votre navigation sur un autre navigateur.
Commencer mon étude