Guide

Résidence secondaire : 4 questions à se poser avant d’acheter

Publié le 27 octobre 2017 à 14h47
Résidence secondaire : 4 questions à se poser avant d’acheter
Vous envisagez de vous offrir une résidence secondaire ? Votre cahier des charges ne sera pas le même que pour l’acquisition de votre résidence principale. Voici toutes les questions à vous poser avant de signer.

Où acheter une résidence secondaire ?

A la différence de votre résidence principale, la proximité de votre lieu de travail, des transports ou du meilleur collège n’entrera, à priori, pas en compte dans le choix de la localisation de votre maison ou votre appartement de vacances.

En revanche, votre choix de résidence secondaire sera dicté par :

  • votre budget,

  • vos goûts (êtes-vous plutôt campagne, mer ou montagne),

 mais aussi par l’usage que vous souhaitez faire du bien :

  • Pensez-vous y passer tous vos weekends ou simplement l’utiliser pendant les vacances ?

  • Envisagez-vous de le louer pendant que vous n’y êtes pas ?

En fonction des réponses apportées, vous pourrez définir un critère de localisation géographique et de taille de logement ! 

Bon à savoir

Plus votre résidence secondaire sera éloignée de votre résidence principale, plus il sera difficile et coûteux de vous y rendre régulièrement ! 

Quels sont mes objectifs à moyen et long terme ?

Enfin, réfléchissez à vos motivations car elles auront des incidences sur le montage juridique et sur le choix du bien.

  • Vous souhaitez trouver votre future maison de famille ? Dans ce cas, choisissez-la suffisamment grande pour accueillir vos enfants, beaux-enfants et -futurs- petits enfants. Envisagez un achat via une société civile immobilière (SCI) pour faciliter la gestion du bien et sa transmission.

  • Vous prévoyez de transformer votre résidence secondaire en résidence principale au moment de la retraite ? Privilégiez les communes avec un minimum de commerces (boulangerie, supérette, pharmacie…). Dans la mesure du possible, choisissez une habitation disposant, au moins, d’une chambre au rez-de-chaussée. Ce qui vous permettra, même âgé, de rester y vivre dans de bonnes conditions.

Quel entretien pour ma résidence secondaire ?

Si vous êtes bricoleur et si vous aimez le charme de l’ancien, vous pouvez acheter une maison « à retaper ». Mais ne sous-estimez pas le coût des travaux : si un simple rafraichissement coûte autour de 300 €/m², une rénovation complète peut dépasser les 1 000 €/m² !

A contrario, grâce aux différentes garanties, faire construire une maison neuve vous protège des gros travaux pendant dix ans (garantie décennale).

Bon à savoir

N’oubliez pas qu’un bien situé en front de mer ou à la montagne nécessite des ravalements réguliers à cause, notamment, des embruns et du sel de déneigement. 

Quels frais, quelle fiscalité pour ma résidence secondaire ?

Les propriétaires de résidences secondaires sont lourdement taxés. Par exemple, vous ne bénéficierez pas des abattements sur la taxe d’habitation, réservés aux résidences principales. De plus, depuis 2015, les conseils municipaux des zones dites « tendues » peuvent majorer la taxe d’habitation des résidences secondaires de 5 à 60 % de son montant.

Vous n’aurez pas, non plus, accès à certains avantages fiscaux, comme le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE). En revanche, vous bénéficierez des taux réduits de TVA à 10 %et 5,5 % si vous réalisez des travaux d’amélioration ou de rénovation énergétique.

Bon à savoir

Les primes d’assurances habitation sont plus élevées pour les résidences secondaires. En effet, le risque est plus élevé car elles sont inoccupées une partie de l’année. 

Pour aller plus loin :

Thèmes :

Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader Français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.