Conseil

Cinq conseils pour réussir son échange de logement

Publié le 16 juin 2015 à 17h36 - Mis à jour le 12 août 2016 à 14h49
Cinq conseils pour réussir son échange de logement
Convivialité, dépaysement, mais aussi économies : la formule qui consiste à échanger, le temps des vacances, son logement avec celui d’une autre famille rencontre un succès croissant. Attention, certaines précautions s’imposent pour que l’expérience soit réussie…

1- Inscrivez-vous sur une bourse d’échanges

Si vous êtes tenté par l’échange de logement, commencez par vous inscrire sur un site d’échanges. Parmi les plus connus, on trouve Intervac (le pionnier), Homelink, Switchome, Trocmaison ou encore Échanges Bovilé. Moyennant une centaine d’euros (Switchome est gratuit), vous pourrez y déposer votre annonce.

2- Précisez toutes les modalités de l’échange

Une fois la famille « cible » trouvée, mettez au point tous les détails : localisation et description exacte du logement, proximité des commerces et des transports, âge des enfants, etc. Le cas échéant, prévoyez les modalités de règlement de certaines factures (téléphone, internet ou chauffage). Si vous prêtez votre voiture en même temps que votre domicile, fixez un kilométrage maximal. Vous pouvez aussi convenir de menus services réciproques comme l’arrosage des plantes ou la garde du chat ou du chien de la famille.

3- Informez votre assureur

Signalez systématiquement à votre assureur votre projet d’échange de logement et, lorsque c’est le cas, de voiture. La plupart des contrats multirisque habitation prévoient la couverture d’un tiers qui garde votre logement pendant les vacances. Vous pouvez également souscrire une assurance complémentaire. Il est important de savoir ainsi comment est assurée la famille étrangère avec qui vous pratiquez l’échange et quelle est la réglementation en vigueur dans le pays dans lequel vous vous apprêtez à passer vos vacances. Soyez particulièrement vigilant si celui-ci est situé hors de l'Union européenne. Enfin, il faut posséder une garantie responsabilité civile villégiature, incluse dans la plupart des contrats d’assurance habitation, et ceci pour les deux parties qui échangent leur logement. Cette garantie couvrira les risques d’incendie, d’explosion ou de dégâts des eaux.

4- Préparez votre maison

Les standards de propreté varient suivant les pays mais des sols nettoyés, des meubles dépoussiérés, des vitres lavées et des salles de bains sans tartre ni moisissures sont un minimum ! Faites aussi de la place dans vos placards afin que vos « invités » puissent y ranger leurs affaires personnelles.

5- Ne négligez pas l’accueil

Mieux vaut que l’échange de clefs se fasse en mains propres ou par l’intermédiaire d’un ami qui saura expliquer le fonctionnement des divers équipements de la maison (alarme, entretien de la piscine, arrosage automatique…). Pensez aussi à laisser une liste de coordonnées utiles (amis, médecins, assureur, baby-sitter) et plus anecdotiques (bon boulanger, restaurant de quartier sympathique).

Pour en savoir plus :

FFSA – Quelle assurance pour l'échange de logements ?

© MIG/Uni-éditions – avril 2014

Thèmes :

Les contrats d’assurance dommages sont assurés par PACIFICA, S.A. au capital entièrement libéré de 281 415 225 €, entreprise régie par le Code des Assurances. Siège social : 8-10 Boulevard de Vaugirard 75724 Paris Cedex 15. 352 358 865 RCS Paris. Les événements garantis et les conditions figurent au contrat.Les différents contrats d’assurance sont distribués par votre Caisse Régionale de Crédit Agricole, immatriculée auprès de l’ORIAS en qualité de courtier. Les mentions de courtiers en assurances de votre Caisse sont à votre disposition sur www.mentionscourtiers.credit-agricole.fr ou dans votre agence Crédit Agricole.

Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader Français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.