Comment souscrire un crédit immobilier sans apport ?
Conseil

Comment souscrire un crédit immobilier sans apport ?

Publié le 20/07/21 - Lecture :
Auteur : Léa Gance
Comment souscrire un crédit immobilier sans apport ?
Emprunter pour l’acquisition d’un bien immobilier sans apport, c’est possible. Mais le dossier demandé par les établissements bancaires est assez exigeant. Stabilité financière, caution, épargne, il faudra miser sur vos atouts.

Qu'est-ce qu'un prêt immobilier sans apport ?

Tout d’abord, il est essentiel de rappeler que les établissements bancaires demandent généralement un apport personnel d’environ 10 % du prix de vente, afin de couvrir les frais inhérents à l’acquisition d’un bien immobilier : frais de dossier et de notaire.

Idéalement, le montant de l’apport personnel est ainsi calculé afin que le prêt n’ait pas à couvrir la totalité de votre emprunt immobilier, c’est-à-dire frais compris, afin de ne porter que sur la valeur du bien. Un point sécurisant pour l’établissement prêteur.

Un prêt immobilier sans apport consiste donc à emprunter jusqu’à 110 % de la somme nécessaire au financement de son acquisition immobilière, c’est-à-dire le prix du bien plus les frais d’acquisition. Un risque à porter plus élevé pour les établissements prêteurs, mais l’octroi du prêt est loin d’être impossible !    

Pour emprunter sans apport, votre dossier se doit d’être le plus exhaustif possible : bulletins de salaire, avis d’imposition, relevés de compte bancaire, épargne, etc. Vos comptes bancaires doivent également être sains, donc sans incident de paiement ou de découverts. Sachez également que l’organisme prêteur consultera le fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP) afin de vérifier l’exactitude de vos déclarations.

Quels sont les atouts à mettre en avant pour négocier un prêt immobilier sans apport ?

Votre situation financière est votre principal atout. Un contrat à durée indéterminée, un montant de salaire net mensuel élevé, de l’épargne ou encore de faibles charges familiales sont autant de critères qui rassurent les établissements financiers. Si vous êtes fonctionnaire, donc avec une sécurité d’emploi quasi-assurée, n’hésitez pas à le mettre en avant !

Renseignez-vous sur les différentes aides ou prêts aidés, comme le PTZ ou le prêt conventionné, qui sont accordés sans condition de ressources par un établissement financier ayant passé une convention avec l’État et également le prêt Action Logement. Ces prêts complémentaires peuvent ainsi constituer un apport supplémentaire s’ajoutant à votre prêt principal.

Vous pouvez également prendre une caution pour remplacer votre apport. Une caution, c’est-à-dire une personne physique, parent ou ami, se porte garant et s’engage à prendre le relais pour rembourser vos mensualités de crédit si vous êtes en difficulté de paiement, peut sécuriser l’établissement prêteur en lieu et place de l’apport personnel.

Enfin, mettez en avant les atouts de votre bien immobilier. Vous devrez ainsi démontrer que le prix de votre futur bien est situé dans la fourchette d’estimation immobilière selon la région et la localité concernées. Avec une politique axée sur la performance énergétique des logements et dans une optique de revente facile, les établissements financiers se préoccupent aussi de la qualité du bien acheté. Ce gage de garantie est une manière pour l’organisme prêteur de s’assurer que le bien choisi peut éventuellement être revendu pour solder votre crédit si vous n’êtes plus en mesure de le rembourser. Une autre solution est aussi de souscrire une hypothèque auprès de votre établissement bancaire pour le rassurer quant au risque de défaut de paiement de vos mensualités. En effet, si vous vous retrouvez dans l’incapacité de rembourser votre prêt, l’établissement bancaire pourra ainsi revendre votre bien pour se rembourser.

Quel est le profil des acheteurs ayant accès à un crédit immobilier sans apport ?

Le montant du « reste à vivre » (vos revenus moins vos charges) et un taux d’effort de 35 % au maximum sont les deux critères majeurs d’obtention d’un prêt, comme spécifié dans les recommandations du Haut conseil de stabilité financière (HCSF). Mais quel est le type de profil des acquéreurs qui se voient octroyer un crédit sans apport par les établissements financiers ?

- Les primo-accédants

Les établissements financiers sont plus enclins à attribuer un crédit sans apport aux jeunes investisseurs et aux primo-accédants. En effet, s’ils n’ont pas encore eu le temps d’épargner, ils peuvent en revanche devenir de fidèles clients. De plus, ces profils ont aussi un potentiel d’évolution salarial qui est pris en compte pour étudier leurs futures possibilités financières.

- Les épargnants

Si vous disposez d’une assurance-vie ou d’actions, mais que vous ne voulez pas les utiliser pour l’acquisition d’un nouveau bien immobilier, vous avez aussi le bon profil. En effet, en cas de problèmes financiers, vous disposez d’une réserve et cela montre que vous êtes capables d’épargner pour faire face aux imprévus.

- Les investisseurs locatifs

Si vous achetez un bien pour le louer, vous pouvez bénéficier d’une fiscalité avantageuse en déduisant par exemple vos intérêts d’emprunt de vos revenus fonciers. Une diminution des charges et une rentrée d’argent grâce aux loyers que vous allez toucher peuvent vous permettre de rembourser votre prêt plus facilement.

Bon à savoir :

si vous êtes client historique de votre établissement bancaire, voire que d’autres membres de votre famille avec lien de parenté y hébergent leurs comptes, le tout avec des indicateurs de bonne gestion, cela peut jouer en votre faveur. Rapprochez-vous de votre conseiller afin de connaître ce que votre situation vous permet.

 

Thèmes :

© Production SeLoger - Juillet 2021

Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.