Aller au contenu principal
ceebios senlis technopole biomimetisme
Actualité
Mis à jour le 02/03/2017 3 min

Un quartier de Senlis transformé en technopole biomimétique

Sommaire

Longtemps occupé par les militaires, le quartier Ordener de Senlis s’étend sur une dizaine d’hectares. Un vaste espace que la municipalité a souhaité mettre à profit pour dynamiser l’ensemble de la commune. Après un temps de réflexion, la sous-préfecture de l’Oise a décidé de se tourner vers une technologie de pointe et d’avenir, le biomimétisme. C’est ainsi qu’est né le Ceebios, Centre européen d’excellence en biomimétisme de Senlis. Celui-ci a officiellement ouvert ses portes en juin 2015. A terme, la ville souhaite, par le biais de ce technopôle, devenir un acteur incontournable dans ce domaine et attirer chercheurs et universitaires.

LE CEEBIOS DE SENLIS, UN PROJET QUI NE DATE PAS D’HIER

Durant très longtemps, le quartier Ordener de Senlis était occupé par les militaires du 41e régiment de Transmissions. Lorsque, en août 2009, ceux-ci ont définitivement quitté les lieux, la municipalité a hérité d’un vaste terrain de 10,4 hectares. Comment le réaménager ? Rapidement, la sous-préfecture de l’Oise a décidé d’en faire un technopole dédié au biomimétisme, une discipline qui consiste à observer la nature (animaux et végétaux), pour l’adapter à certaines technologies. C’est notamment ainsi, en observant une plante au microscope, qu’a été inventé le Velcro. Les débouchés en matière de biotechnologie étant nombreux, Senlis a lancé le projet du Ceebios, Centre européen d’excellence en biomimétisme de Senlis.

12 MILLIONS D’EUROS INVESTIS POUR LE CEEBIOS DE SENLIS

Dix-huit mois de réflexion auront été nécessaires avant que le projet du Ceebios ne soit définitivement lancé le 3 octobre 2013. L’objectif était de réaménager l’ensemble du quartier et notamment les 20 000 m2 du bâtiment principal, afin d’accueillir des sociétés spécialisées et leurs chercheurs, mais aussi des étudiants, 160 logements leur étant destinés. Douze millions d’euros auront été nécessaires pour mener à bien les travaux permettant de donner naissance au Ceebios. L’Etat s’est engagé dans ce projet au côté de la ville de Senlis à hauteur d’environ 2,6 millions d’euros. Près de 4 millions ont notamment été investis pour les logements étudiants, 1,6 million pour des laboratoires mutualisés, 1,6 million pour un pôle de formation et 1 million pour un business center. De quoi accueillir dans de bonnes conditions universitaires et entreprises.

JUIN 2015, LE CEEBIOS DE SENLIS OUVRE SES PORTES

Début juin 2015, le Ceebios de Senlis a officiellement ouvert ses portes, le site étant désormais totalement opérationnel. Un laboratoire de fabrication (FabLab) et une manufacture ont déjà investi les lieux et une centaine de personnes devraient travailler sur le site dès 2016. Face aux perspectives qu’offrent le biomimétisme, quatre grands groupes industriels se sont engagés en tant que partenaires du Ceebios (Renault, Eiffage, Corning et Air Liquide), preuve que le projet est sur de bons rails. A terme, le Ceebios doit permettre la création de 350 emplois. Si l’on ajoute à cela la venue de nombreux étudiants, l’impact économique devrait être très important pour cette commune de 15 000 habitants, désormais résolument tournée vers les nouvelles technologies grâce à ce pôle d’excellence.


    Karine Dabot
    Karine Dabot - Avocate associée

    Cet article a été relu par Karine Dabot, avocate depuis 1994 au barreau d'Aix-en-Provence.

    Spécialisée en droit bancaire, voies d'exécution et droit des sûretés, elle intervient principalement en contentieux civil et commercial, transactions immobilières et saisie immobilière.