Actualité

2017 : quel bilan pour le marché immobilier ?

Publié le 22 janvier 2018 à 17h15 - Mis à jour le 5 février 2018 à 14h59
2017 : quel bilan pour le marché immobilier ?
2017 a été une année positive en matière d'immobilier. Pour autant, la demande est en baisse par rapport à 2016. Que s'est-il passé l'an dernier sur le marché immobilier ? Que doit-on attendre de 2018 ? C'est ce que nous allons découvrir à travers cet article.

Une demande en baisse

Certes, l'année 2017 est marquée par une signature de crédit en augmentation de 23% par rapport à 2016.
Mais cela a été notamment porté par une forte demande fin 2016 et des projets concrétisés au début de l'année dernière.
De plus, la conjoncture a été moins favorable avec une remontée progressive des taux, même si ceux-ci restent toujours très attractifs.
Mais, au-delà de cette remontée des taux, c'est bel et bien l'augmentation des prix des biens immobiliers qui a freiné les acheteurs, et surtout les primo-accédants.
Les personnes intéressées par l'investissement locatif ont, quant à elles, continuées à concrétiser leurs projets (+24% en 2017 et +21% d'intentionnistes). 

Une année en dents de scie

C'est donc au début de l'année que la production de crédits immobiliers a augmenté.
Après les deux premiers mois, la tendance était plutôt à la baisse.
Puis, à la rentrée, les demandes de crédits ont augmenté de 16%.
En cause : les annonces du gouvernement sur l'avenir des aides.
PTZ et dispositif Pinel recentrés, suppression des APL accession, certains acquéreurs ont décidé d'aller plus vite que prévu pour pouvoir encore bénéficier de ces aides et ainsi alléger leurs mensualités ou leurs impôts. 

Primo-accédants, secundo-accédants, quels changements ?

Nous avons pu assister en 2017 à un changement de comportement de ces deux catégories.
Commençons par les primo-accédants.
Ces acheteurs ont été moins nombreux en 2017 (-11% par rapport à 2016).
En cause : la hausse des taux, la hausse des prix et un apport en baisse de 4%.
L'augmentation de leurs revenus de 2% n'a pas suffit à les convaincre.
Les secundo-accédants, quant à eux, empruntent sur une période plus longue et privilégient la vente de leur premier logement avant leur nouvelle acquisition.
De fait, leur épargne baisse, les prix augmentent et in fine, c'est la vente de leur logement actuel qui leur permet de bénéficier des fonds nécessaires pour limiter le montant de leur crédit immobilier.

Quid de 2018 ?

La tendance à la baisse devrait se poursuivre.
Il semble falloir compter sur la construction pour stimuler un marché où, dans les grandes villes, l'offre est inférieure à la demande, ce qui impacte naturellement les prix.
Ce qui semble le plus à craindre est l'impact de la baisse des aides.
1/3 des ménages seraient concernés par la réduction du PTZ et 20% des investisseurs par le recentrage du dispositif Pinel.
Pour autant, impossible à ce jour d'imaginer dans quelle mesure cela impactera le marché immobilier.
Les taux devraient augmenter de manière assez faible laissant encore de belles opportunités pour emprunter, tant pour acheter sa résidence principale que pour réaliser un investissement locatif.

A lire également : 

Thèmes :

*Exemple représentatif : pour un Prêt à Taux Zéro d’un montant de 50 000 €, décaissé en une seule fois, d’une durée totale de 240 mois (soit 20 années), au taux annuel débiteur fixe de 0 %, le remboursement s’effectue en 60 mensualités de 12,50 € suivi de 179 mensualités de 290,28 € et une dernière ajustée de 289,88 €. Montant total dû de 53 000,00 € dont intérêts de 0 €, pas de frais de dossier, assurance emprunteur obligatoire de 3 000,00 €, frais de garantie de 1 100 €. Taux Annuel Effectif Global (TAEG) fixe de 0,56 %. Le coût standard maximum de l’assurance emprunteur obligatoire est de 12,50 € par mois pour un assuré à 100 % âgé de moins de 31 ans, et s’ajoute à la mensualité du crédit. Le montant total dû par l’emprunteur au titre de l’assurance sur la durée totale du prêt sera de 3 000,00 euros pour un Taux Annuel Effectif de l’Assurance (TAEA) de 0,47 %. Le coût de l’assurance peut varier en fonction de votre situation personnelle et des garanties exigées par votre Caisse régionale. Renseignez-vous sur le coût applicable et les garanties exigées dans votre Caisse Régionale.Sous réserve d’éligibilité. Dans le cadre de la réglementation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) en vigueur susceptible d’évolutions et sous réserve d’acceptation de votre dossier de financement par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.(1) Une assurance emprunteur sera exigée pour l’octroi du prêt. Les contrats d’assurance emprunteur proposés par votre Caisse régionale de Crédit Agricole sont assurés par : * CNP Assurances, Société anonyme au capital de 686 618 477 € entièrement libéré. 341 737 062 RCS Paris. Siège social : 4, place Raoul Dautry, 75716 Paris cedex 15 – Tél : 01 42 18 88 88 – www.cnp.fr - GROUPE CAISSE DES DEPOTS. * PREDICA S.A. au capital de 1 029 934 935 € entièrement libéré. 334 028 123 RCS Paris. Siège social : 50-56 rue de la Procession - 75015 Paris.Entreprises régies par le Code des assurances. Les événements garantis et les conditions figurent au contrat. Il peut arriver que votre état de santé ne vous permette pas de bénéficier des conditions d’assurance standardisées. Le dispositif prévu par la Convention AERAS organise des solutions adaptées à votre cas. L’emprunteur peut souscrire auprès de l’assureur de son choix une assurance dans les conditions fixées par l’article L 313-30 du code de la consommation, pourvu qu’elle présente un niveau de garantie équivalent au contrat d’assurance proposé par le prêteur.Ces différents contrats d’assurance sont distribués par votre Caisse Régionale de Crédit Agricole, immatriculée auprès de l’ORIAS en qualité de courtier d’assurance. Les mentions de courtier en assurance de votre Caisse sont à votre disposition sur www.mentionscourtiers.credit-agricole.fr ou dans votre agence Crédit Agricole.  

Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader Français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.