Actualité

Rentrée 2018 : Investir dans des logements étudiants

Publié le 13 novembre 2018 à 10h37 - Mis à jour le 19 novembre 2018 à 12h21
Rentrée 2018 : Investir dans des logements étudiants
Les biens immobiliers proches des universités sont très prisés. En effet, la demande de logement étudiant ne cesse d'accroître chaque année. C’est pourquoi investir dans ce type de logement peut vous être favorable. Découvrez toutes les réponses à vos questions

Comment choisir où investir ?

Pour les projets de résidence locative étudiante, la principale clé du succès repose sur le choix de l’emplacement.

Ciblez en priorité les territoires dynamiques qui attirent les étudiants. Les villes à plus fort potentiel en la matière sont Paris, Bordeaux, Marseille, Aix-en-Provence, Toulouse, Lyon et Lille. Puis, misez sur la proximité avec des établissements scolaires.

En effet, la plupart des étudiants n’étant pas véhiculés, la proximité est donc essentielle.

Visez les campus universitaires, les pôles d’attractivité ou optez pour la proximité avec de grandes écoles.

En règle générale, optez pour un quartier bien desservi à moins de 500 mètres d’un transport en commun et à moins de 20 minutes d’un lieu d’études.

Point fort également pour les quartiers animés en commerces, loisirs et équipements sportifs.

Quelle formule locative proposer ?

Généralement, les locations étudiantes sont des studios meublés.

En effet, ce type de location offre de nombreux avantages fiscaux et séduit plus facilement les étudiants.

Le taux de remplacement de locataire étant assez élevé pour ce type de bien, optez donc pour des équipements simples et peu onéreux.

Enfin, si votre bien est plus grand qu’un studio, proposez une solution de colocation ce qui vous permettra de vous adapter aux budgets des étudiants.

Pensez à inclure une clause de solidarité au contrat qui rendra tous les colocataires solidaires du loyer et vous en assurera le paiement.

Quelles aides pour l’investisseur ?

Généralement, les étudiants bénéficient d’aide pour leur logement.

Cependant, des dispositifs existent également pour le bailleur. Vous pouvez notamment profiter d’exonérations fiscales.

Dans le cas d’une location meublée, dont le cumul des loyers ne dépasse pas un certain plafond, vous pourrez bénéficier d’un abattement de 50 %.

Autre exemple, si vous investissez dans une résidence étudiante, le dispositif Censi-Bouvard peut vous donner droit à un abattement de 11% sur neuf ans.

Comment bien mener mon investissement ?

Pour ce type d’investissement, il est conseillé de recourir à l’emprunt.

En effet, les surfaces locatives pour étudiant sont généralement peu importantes (une vingtaine de mètres carrés en moyenne), ce qui permet d’obtenir un crédit à faible mensualité et le couvrir par le loyer perçu.

Vous pourrez alors bénéficier d’un avantage fiscal contrairement aux projets autofinancés, pour lesquels, les revenus issus des loyers sont intégralement soumis à l’impôt sur le revenu.

Enfin, optez pour le régime du bénéfice réel. Ainsi, le revenu net imposable de votre investissement sera fixé après déduction des frais et charges supportés (intérêts d’emprunt, honoraires de gestion...).

Pour aller plus loin :

Thèmes :

Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader Français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.