Impôts : quels changements en 2019 ?
Actualité

Impôts : quels changements en 2019 ?

Publié le 21/02/19 - Mis à jour le 17/05/19
Impôts : quels changements en 2019 ?
2019 est une année charnière en matière d'impôt. Si nous pouvons constater divers changements, impossible de ne pas évoquer le prélèvement à la source qui vient révolutionner la manière de payer nos impôts.

Le prélèvement à la source : comment ça marche ?

2019 est une année importante avec la mise en place de l'imposition à la source. 

A présent, les contribuables seront prélevés chaque mois tandis qu'auparavant, ils pouvaient choisir entre un paiement en une fois à l'automne, en trois fois ou en dix fois.

Exit le décalage d'un an, le prélèvement sera réalisé en fonction des revenus générés chaque mois, du moins en partie.

En effet, les contribuables seront toujours dans l'obligation de remplir une déclaration d'impôt. Une régularisation pourra donc être effectuée en cas de changement de situation.

Les salariés imposables voient le montant de leur impôt déduit de leur salaire.

Ainsi, le bulletin de salaire présente chaque mois le net à payer avant impôt et le net payé en euros après prélèvement de l'impôt. Les indépendants, quant à eux, sont directement prélevés sur leur compte bancaire.  

Les employés à domicile ne seront prélevés à la source qu'en janvier 2020 en raison de la complexité de leur situation, nombre d'entre eux ayant en effet plusieurs employeurs.

Le gouvernement a souhaité limiter le risque d'erreurs en termes de montant de prélèvement.

Le prélèvement à la source entraîne également un changement au niveau du crédit d'impôt. Les ménages qui en ont bénéficié en 2018 reçoivent un acompte de 60 % dès le 15 janvier 2019.

Celui-ci étant basé sur les revenus de 2017, s'ils ne peuvent prétendre à un crédit d'impôt pour l'année 2018, ils devront rembourser le trop-perçu. 

Année blanche et revenus exceptionnels

Afin de ne pas réaliser une double imposition, 2018 est considérée comme une année blanche.

Pour autant, il existe quelques exceptions, le gouvernement ayant tout mis en place pour limiter les abus en matière de revenus exceptionnels.

Par exemple, si un indépendant a augmenté très sensiblement ses revenus par rapport aux trois années précédentes, il sera partiellement imposé. 

S'il a enregistré un revenu de 30 000 € en 2015, 35 000 € en 2016, 25 000 € en 2017 et 50 000 € en 2018, il sera imposé sur la différence entre le revenu de 2018 et le revenu le plus haut des trois dernières années. Son impôt sur le revenu sera donc calculé sur un montant de 15 000 € (50 000 € - 35 000 €).

Attention toutefois, si en 2019, l'indépendant enregistre un revenu supérieur à 2018, il sera alors considéré qu'il n'a pas dopé ses revenus pour profiter de l'année blanche, mais qu'il s'agit bien d'une hausse régulière.

Ainsi, l'impôt qu'il aura payé sur ses revenus de 2018 sera retranché du montant qu'il devra payer au regard de ses revenus de 2019.  

Prime exceptionnelle et heures supplémentaires

Emmanuel Macron a annoncé une prime exceptionnelle pouvant atteindre 1 000 € pour les salariés.

Celle-ci, versée entre le 11 décembre 2018 et le 31 mars 2019, sera exonérée de cotisations sociales et ne sera pas soumise à l'impôt sur le revenu.

D'autre part, l'exonération des heures supplémentaires fait son grand retour.

Depuis le 1er janvier, elles sont exonérées de cotisations salariales et d'impôt sur le revenu. Attention toutefois, le montant de ces heures supplémentaires ne doit pas excéder 5 000 €.

Baisse de 65 % de la taxe d'habitation

Cette année, 80 % des ménages verront leur taxe d'habitation baisser de 65 %, avant que celle-ci ne soit supprimée en 2020.

La suppression de la taxe d'habitation pour tous les contribuables sera effective en 2021. 

Pour aller plus loin :

Thèmes :

Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.