Actualité

Acheter un bien immobilier à l’étranger

Publié le 5 juillet 2017 à 15h24
Acheter un bien immobilier à l’étranger
Il peut être tentant d’acheter un bien immobilier à l’étranger. Climat, prix attractifs, les raisons peuvent être nombreuses d’être attiré par cette aventure. Mais chaque pays dispose de ses particularités. Il faut donc être particulièrement vigilant, pour que le rêve ne se transforme pas en cauchemar.

L’achat d’une maison ou d’un appartement à l’étranger peut être motivé par deux aspects en particuliers. Soit il s’agit de la qualité de vie : un climat plus chaud et ensoleillé, une nature resplendissante, la découverte d’une culture, etc. Soit le moteur est financier, tant il est vrai que certains pays offrent des tarifs très attractifs. Après la crise des subprimes aux États-Unis par exemple, il était possible d’acheter une villa avec piscine pour moins de 100 000 euros !

Comment financer un achat à l’étranger

Le financement sur fonds propres reste le plus aisé. En cas de recours au crédit, il faut contacter des banques soit en France, soit dans le pays où est situé le bien immobilier.
La difficulté pour une banque française est de garantir le crédit sur un bien immobilier situé dans une zone géographique où elle ne dispose pas forcément de points d’attache. Pour certains pays européens limitrophes, il est possible de trouver une banque française qui accepte de financer l’achat du bien immobilier. Plus souvent, la banque française exigera des garanties sur un autre patrimoine situé en France. Si la résidence principale française est libre de tout engagement, la banque pourra demander une hypothèque sur ce bien pour le financement d’une résidence secondaire à l’étranger.

Ouvrir un compte bancaire à l’étranger, dans le pays où se situe le bien immobilier, sera bien souvent incontournable pour les formalités d’achat. Le recours à un crédit immobilier dans un autre pays, notamment hors zone euro, exposera l’emprunteur au taux de change qui peut faire varier nettement le montant à rembourser dans la durée. Dans certains cas, le prêt immobilier bancaire à un étranger ne sera tout simplement pas autorisé.

Les formalités administratives pour acheter à l’étranger

La réglementation peut être complexe en fonction des pays. Le statut de non-résident peut également venir complexifier le montage juridique de l’opération. Dans certains pays d’Asie, par exemple, les non-résidents ne peuvent pas être propriétaires du sol. La fiscalité et la succession sont également à apprécier au cas par cas.

Le recours à un avocat, à un notaire et à un agent immobilier officiel reste bien souvent incontournable pour sécuriser la transaction immobilière à l’étranger. Si la France dispose d’une ambassade dans le pays envisagé, celle-ci peut également vous accompagner. L’Ambassade de France en Grèce propose, par exemple, des conseils directement sur son site Internet.

 

À lire également :

Thèmes :

Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader Français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.