Conseil

Votre installation électrique est-elle sûre ?

Publié le 16 juin 2015 à 16h21 - Mis à jour le 21 mars 2017 à 15h57
Votre installation électrique est-elle sûre ?
Un tiers des incendies domestiques sont d’origine électrique et, chaque année, environ 200 personnes sont victimes d’une électrocution. Des raisons valables pour anticiper et faire auditer votre installation.

1- Une vérification régulière

Les professionnels recommandent de faire vérifier votre installation tous les 10 ans. Pour cela, il est possible de faire appel, moyennant 150 € environ, à un diagnostiqueur certifié. Vous pouvez contacter l’association Promotelec. Elle propose deux prestations : une évaluation sur photos, la seconde ou bilan réalisé sur place. A noter : GDF-Suez réalise des diagnostics.

2- Savoir reconnaitre une installation ne présentant pas de risques

Pour être considérée comme sûre, votre installation doit répondre aux exigences suivantes :

  • avoir un tableau électrique facilement accessible pour couper l’ensemble de l’installation en cas d’urgence;

  • disposer d’un dispositif de protection différentiel permettant de détecter les fuites de courant ;

  • être équipée d’un dispositif de protection contre les surintensités (surchauffes) ;

  • respecter les règles de sécurité propres aux salles de bains et de douche ;

  • être dépourvue de matériel électrique vétuste ;

  • ne pas comporter de conducteurs électriques non protégés par des conduits (ou goulottes) isolants.

3- Ne confondez pas mise en sécurité et mise en conformité

Mettre en sécurité une installation électrique est souvent moins onéreux qu’on ne le pense : 1500 € environ pour un logement de 100 m². Rien de comparable avec le budget requis pour une mise en conformité : au moins 10 000 € pour 100 m². Celle-ci impose en effet,  de refaire l’installation en respectant la norme NF C 15-100. Ce qui implique, souvent, de changer le tableau électrique, de remplacer des câbles au diamètre trop petit ou encore d’augmenter le nombre de prises (au minimum, une tous les 4 m² et 5 dans le séjour).

4- Faites appel à  un professionnel qualifié

Si vous ne connaissez pas d’électricien, adressez-vous à un professionnel qualifié Qualifelec. Vous aurez la garantie qu’il est correctement formé, régulièrement contrôlé, et qu’il utilise du matériel certifié marque NF.

5- A l’issue des travaux, demandez une attestation du Consuel

A l’issue de la mise en conformité, votre électricien devra vous remettre une attestation de conformité visée par le Consuel (Comité national pour la sécurité des usagers de l’électricité). Si vous vendez votre logement dans les trois ans des travaux, cette attestation pourra remplacer le diagnostic électricité à remettre à l’acheteur. Votre notaire saura vous renseigner, n’hésitez pas à lui demander conseil.

© Uni éditions – MIG – Mai 2014

Thèmes :

Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader Français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.