Actualité

Un baromètre national du logement en Belgique

Publié le 3 février 2016 à 12h08 - Mis à jour le 3 mars 2017 à 11h44
Un baromètre national du logement en Belgique
La Belgique, tout comme la France, est confrontée à la crise du logement. Différentes mesures sont régulièrement mises en place pour soutenir les ménages belges. L’évaluation de ces mesures, par les principaux intéressés, n’était pas encore possible. La mobilisation d’une fédération d’acteurs du logement, la Fédération des Entrepreneurs Généraux de la Construction, devrait le permettre.

Les acteurs de l’immobilier sont directement concernés par les possibilités d’accès au logement, ils surveillent donc attentivement l’évolution du marché immobilier.

En France, plusieurs baromètres existent, mais ils se cantonnent majoritairement à l’évolution des prix. De plus, ils sont souvent hétérogènes, voire incomplets. Le baromètre CLAMEUR, par exemple, se cantonne à l’évolution des prix des loyers, constatés auprès de ses membres. C’est donc sur la base des éléments fournis par Bouygues, Century 21 ou la FNAIM, entre autres, qu’est mesurée l’évolution. Certains sites Internet spécialisés, comme Se Loger ou Meilleurs agents, possèdent également leur baromètre.

Les banques proposent quant à elles des baromètres centrés sur le recours au crédit immobilier ainsi qu’aux prêts aidés comme le Prêt à Taux Zéro par exemple. Ce type de baromètre renseigne notamment sur la capacité d’emprunt, le recours au prêt relais, l’assurance de l’emprunteur ou bien encore le taux de demandes de crédit en ligne.

Pourtant, des données officielles existent. Au sein des notaires notamment pour l’accession, où toutes les transactions sont enregistrées. Ceux-ci proposent leurs baromètres, mais là encore en accès divisé. Pour la France hors Île-de-France, il existe un site dédié : Immoprix. Pour l’Île-de-France, c’est sur le site de la chambre régionale des notaires qu’il faut se rendre.

Les quelques baromètres d’organismes publics se cantonnent quant à eux à des zones limitées, comme l’OLAP, Observatoire des Loyers de l’Agglomération Parisienne. Le gouvernement publie bien un « Bulletin trimestriel des statistiques sur le logement et la construction », mais il reste macro et uniquement quantitatif.

Des études ponctuelles sont menées par des instituts de sondage qui intègrent des éléments autres que le prix, mais elles restent isolées.

La Fédération des Entrepreneurs Généraux de la Construction, forte de ses 4500 membres, ambitionne de créer un baromètre annuel exhaustif en Belgique. Au-delà des prix, c’est l’impact ressenti par les nouvelles mesures, entre autres, qui sera évalué. La fédération veut suivre les attentes, les motivations et les freins qui sont exprimés par la population. Reste que cette institution s’adresse aux acteurs de la construction et de la rénovation et que, naturellement, les éléments mesurés seront en lien avec leur activité.

En Belgique, comme en France, ce sont donc majoritairement des acteurs privés qui proposent des baromètres de l’immobilier, utiles aux entrepreneurs et aux investisseurs. Dans l’attente d’un baromètre national et global de l’immobilier, il faudra trouver celui qui s’adapte le mieux au projet.

À lire également :

Thèmes :

Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader Français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.