Actualité

L’Île-de-France convertit ses bureaux en logements

Publié le 6 janvier 2017 à 09h15 - Mis à jour le 28 mars 2017 à 14h58
L’Île-de-France convertit ses bureaux en logements
Les reconversions d'immeubles de bureaux en immeubles de logements se multiplient en Île-de-France. Ces opérations permettent de bénéficier d’une exonération de la taxe foncière, mais ce n’est pas la raison principale de cet engouement.

Un immeuble de bureaux, si son architecture le permet, peut être reconverti en immeuble de logement. Cette opération est souvent coûteuse. Les normes sont, en effet, différentes, tout comme les besoins d’habitabilité. Les travaux nécessaires à une reconversion sont lourds. Cependant, ces opérations rencontrent un certain succès, notamment en Île-de-France.

Alors que la pénurie de logements est avérée, l’Île-de-France compte plus de 3 millions de mètres carrés de bureaux inoccupés. Dans de telles zones tendues, en matière d’immobilier résidentiel, créer une offre de logements supplémentaire est un véritable casse-tête.

Les terrains non construits disponibles sont rares. Bien souvent, des opérations d’agrandissement, de surélévation, ou de destruction/reconstruction sont la solution pour créer du logement. Ces opérations restent cependant limitées. Avec des bâtiments de bureaux en bon état, la destruction peut parfois être évitée.

Les promoteurs ont de plus en plus souvent recours à la conversion d’un immeuble de bureaux en immeuble résidentiel pour réaliser un programme immobilier en Île-de-France. Les pouvoirs publics, conscients de cette nécessité, incitent d’ailleurs à ces opérations. La ville de Paris exonère ainsi de la taxe foncière, pendant 5 ans, les propriétaires qui réalisent ces opérations.

La simple exonération de taxe foncière ne suffit pas à expliquer l’engouement pour ces conversions. Il s’agit avant tout d’une opération stratégique visant à changer de marché immobilier. En modifiant l’affectation de l’immeuble, on déplace l’offre vers une autre cible. La cible souffrant d’une pénurie d’offres, en l’occurrence ici les particuliers, est la plus intéressante pour un propriétaire immobilier. Il s’assure ainsi d’une mise en location de son bien avec un meilleur taux d’occupation et à un prix tiré vers le haut par une forte demande.

À lire également :

Thèmes :

Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader Français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.