Actualité

Contrats de ville : grosses coupes budgétaires pour les quartiers prioritaires

Publié le 30 octobre 2017 à 13h52 - Mis à jour le 30 octobre 2017 à 13h57
Contrats de ville : grosses coupes budgétaires pour les quartiers prioritaires
Les zones sensibles de certaines villes disposent de financements spécifiques pour soutenir l’action locale : c’est ce qu’on appelle les contrats de ville. Or, ces contrats ont été sérieusement rabotés par le gouvernement, à hauteur de 46,5 millions d’euros.

Les contrats de ville : un soutien aux quartiers prioritaires

Les contrats de ville permettent de financer diverses actions de proximité dans des zones urbaines dites sensibles. Ils reposent sur trois axes visant à accompagner la population de ces quartiers prioritaires :

  • Le développement de l’activité économique et de l’emploi. Pour permettre un essor économique dans ces zones défavorisées, des mesures incitatives ont été mises en place. L’objectif est d’encourager la création d'entreprises, de soutenir le commerce de proximité et l’artisanat. Pôle emploi et les missions locales sont représentés dans ces territoires. Au moins 20% des contrats aidés y sont également affectés.

  • La cohésion sociale. Le lien social est placé au cœur des politiques urbaines des quartiers défavorisés. Les contrats de ville s’appuient sur la construction d’équipements sociaux, culturels et sportifs, mais également sur des associations qui assurent la pérennité de ce lien social.

  • Le cadre de vie et le renouvellement urbain. L’amélioration de l’urbanisme et des services publics est un levier important pour éviter une ghettoïsation de ces quartiers. À travers des consultations, les citoyens sont pleinement associés aux projets visant à définir les contours de leur nouvel environnement.

Quelles répercussions après ces coupes budgétaires ?

Jusqu’à aujourd’hui, 435 contrats de ville ont été signés pour un budget avoisinant les 411 millions d’euros. 1 514 quartiers défavorisés et 5,5 millions d’habitants sont concernés.

La baisse de 11% de la dotation des contrats de ville représente une coupe budgétaire de 46,5 millions d’euros. Si les répercussions sur la vie de ces quartiers sont difficiles à estimer, nous pouvons imaginer qu’elles toucheront à la fois le développement de l’activité économique, l’amélioration du cadre de vie et la pérennité du lien social assurée par les équipements et les associations. Indirectement, c’est tout le marché immobilier des villes concernées qui risque d’être défavorablement touché.

À lire également :

Thèmes :

Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader Français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.