Guide

5 conseils pour bien agrandir sa maison

Publié le 19 juillet 2018 à 15h14 - Mis à jour le 20 juillet 2018 à 15h07
5 conseils pour bien agrandir sa maison
Vous vous sentez un peu à l’étroit dans votre maison mais vous ne souhaitez pas déménager ? La solution : l’agrandir horizontalement ou, si le terrain est trop petit, la surélever. Mais quelle que soit votre projet, certaines contraintes doivent être respectées. Nos conseils pour gagner des mètres carrés dans les règles de l’art

1-     Evaluez votre budget sans rien oublier

En moyenne, l’extension d’une maison revient entre 1 500€ et 2 000 € du m². Mais ce budget peut être revu à la hausse en fonction des spécificités du chantier. Ainsi, une surélévation se révèle plus coûteuse qu’un agrandissement horizontal car il faut généralement consolider le bâtiment existant afin qu’il puisse supporter la surcharge. Le choix des matériaux entre, aussi, en ligne de compte : une ossature en bois est plus chère qu’en parpaings, par exemple.

Il faut également prévoir les honoraires du maître d’œuvre : si vous faites appel à un professionnel pour mener l’ensemble de votre projet à terme (de la conception à la réception des travaux), vous devrez lui verser entre 10 et 15% du coût du chantier

N’oubliez pas non plus la cohorte de frais annexes, comme l’assurance dommage-ouvrages, obligatoire pour ce type de travaux (3 à 4 % du coût du chantier) ou encore la taxe d’aménagement.

Enfin, votre extension va majorer le montant de vos impôts locaux et, sans doute aussi, celui de votre prime d’assurance habitation.

2-     Respectez les règles d’urbanisme

Nombre de mètres carrés et hauteur maximale autorisés, servitudes de vue, contraintes architecturales liées à la proximité d’un monument historique… Pour éviter les mauvaises surprises, vérifiez que votre projet respecte les contraintes applicables dans la commune. Pour cela, rapprochez-vous du service urbanisme ou du Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement (CAUE) de votre département. Si vous êtes en lotissement, regardez son cahier des charges.

Suivant l’importance de l’extension, vous allez devoir faire une déclaration préalable de travaux (de 5 à 20 ou 40 m² suivant les zones) ou déposer un permis de construire (plus de 20 ou 40 m² suivant les zones).

3-     Faites appel à un architecte

Vous devez obligatoirement faire appel à un architecte pour vos travaux d’agrandissement si :

-        votre maison a une surface de plancher de 150 m² ou plus ;

-        sa surface atteindra ou dépassera 150 m² après les travaux ;

-        l’agrandissement ajoute une surface supérieure à 40 m² ou, comprise entre 20 et 40 m² et portant la surface totale à plus de 150 m².

Bon à savoir

Même en dehors de ces cas obligatoires, vous pouvez avoir intérêt à passer par un professionnel. C’est en effet, la garantie d’avoir un chantier bien mené et réalisé par des artisans compétents. Le Conseil de l’ordre a ainsi créé un site recensant les architectes par spécialités.

4-     Profitez de toutes les aides

Si l’agrandissement porte sur votre résidence principale vous pouvez bénéficier de certaines aides :

-        si vos ressources ne dépassent pas certains plafonds, vous avez accès au prêt d’accession sociale (PAS) ;

-        si vous êtes salarié ou pré retraité d’une entreprise privée, le prêt « Agrandissement » d’Action logement peut vous permettre d’emprunter jusqu’à 10 000 € au taux de 1% (hors assurance). Enfin, si vous en disposez, n’oubliez que votre épargne salariale peut être débloqué par anticipation pour financer l’extension d’une résidence principale.

-        Certaines aides sont disponibles au niveau local, renseignez-vous auprès de votre commune ou de votre région (Ex : ANAH etc.)

5-     Déclarez les travaux au fisc et à votre assureur 

Vos mètres carrés supplémentaires vont modifier la valeur locative de votre maison, qui sert à déterminer le montant de vos impôts locaux. Vous devez déclarer votre agrandissement au fisc dans les 90 jours de l’achèvement des travaux. A défaut, vous vous exposez a à une amende de 150€ et à la perte de certains avantages (par exemple, si elle a été votée par la commune, le bénéfice de l’exonération de taxe foncière pendant deux ans).

Bon à savoir

Vous disposez de 15 jours après les travaux pour faire inclure les nouvelles pièces dans votre contrat assurance habitation. Si vous négligez cette formalité, votre assureur pourrait refuser de vous indemniser pour d’éventuels dégâts survenant dans la partie non déclarée. 
A lire également :

Thèmes :

Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader Français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.