Actualité

La ville de demain sera durable… ou ne sera pas !

Publié le 27 octobre 2017 à 11h07 - Mis à jour le 27 octobre 2017 à 11h20
La ville de demain sera durable… ou ne sera pas !
Les villes de demain seront smart, oui, mais pas seulement. Toujours plus connectées et automatisées, elles seront également plus respectueuses de l’environnement.On parle souvent des smart cities comme de l’avenir de l’urbanisme. Des villes connectées, intelligentes, automatisées, qui s’appuieront sur le meilleur de la high-tech pour simplifier le quotidien de leurs habitants. Mais ce n’est pas tout : la ville de demain laissera également une grande place au développement durable. Alors que la prise de conscience de la nécessité de préserver l’environnement se généralise, tous les axes pour parvenir à un développement plus durable sont bons à prendre – et la gestion du quotidien des urbains ne fait pas exception.

LA NOTION DE CONSTRUCTION DURABLE

La prise en compte du développement durable en ville prend deux formes. La première est celle de la construction durable. C’est un fait : dans le bâtiment, la performance énergétique est devenue une norme technique (quasi) systématique. Confort, économies d’énergie… La quête de la performance énergétique n’apporte que des avantages.

En parallèle, la végétalisation se développe dans le but de replacer la nature au cœur des espaces urbains. Les écomatériaux, comme le bois, s’imposent de plus en plus fréquemment comme des alternatives aux matériaux conventionnels (le béton, notamment). Cette tendance nourrit des projets d’éco-quartiers, mais pas seulement : à Paris, par exemple, c’est l’ensemble de la ville qui accueille des plans majeurs de rénovation énergétique.

UNE MEILLEURE GESTION DE LA MOBILITÉ ET DES RESSOURCES

La seconde forme de développement durable urbain englobe la vie quotidienne des habitants. Parce qu’elles concentrent aujourd’hui 55% de la population (65% en 2025), les villes ont une responsabilité vis-à-vis de l’environnement, qui dépasse la seule éco-construction. La mobilité et la gestion des ressources sont au centre des problématiques environnementales.

Les nombreux programmes de mobilité urbaine, à travers les véhicules électriques en autopartage, les vélos en libre-service et les transports collectifs propres, illustrent cette responsabilisation croissante des municipalités. C’est également le cas de la valorisation des déchets et d’une meilleure gestion des ressources (comme l’eau ou l’électricité), des notions qui constituent le cœur des futures smart cities. D’ailleurs, les économistes prévoient une explosion des projets de développement durable urbain et une multiplication des appels d’offres dans tous les domaines, à échelle mondiale, pour un potentiel d’ores et déjà estimé à environ 3 700 milliards de dollars !

DU DÉVELOPPEMENT DURABLE À LA CONSOMMATION ÉCO-RESPONSABLE

Le développement durable appliqué aux villes de demain n’est pas une option : c’est une nécessité, à la fois pour les habitants et pour les entreprises. Celles-ci ont très vite identifié le potentiel économique du développement durable, principalement en ce qui concerne la préservation des matières premières dont elles ont besoin pour fabriquer leurs produits, ainsi que la construction d’une éthique économique.

Ce besoin se traduit également par le changement des habitudes des consommateurs. L’essor des labels éco-responsables, équitables, bio et des circuits courts, témoigne de cet engouement pour une consommation respectueuse de l’environnement et des autres habitants de la planète.

On le voit : tous les Français sont concernés par une évolution vers plus de développement durable, qu’il s’agisse de leur consommation quotidienne, du tri de leurs déchets, de leur mobilité ou de leur travail en entreprise. Il n’est donc pas surprenant que ce soit la ville dans son entier qui soit en train de changer en faveur d’une meilleure prise en compte des réalités environnementales.

À lire également :

Thèmes :

Toute une banque pour votre projet immobilier
Leader Français de la banque de proximité
Premier prêteur de France
2000 Conseillers spécialisés en habitat
Rappel sous 24h ouvrées
Mentions légales
Sous réserve d’acceptation de votre dossier de prêt immobilier par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. Vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées.