1 personne a trouvé cette actualité utile.

Votez pour cette actualité

Actualité

Un couple de Canadiens se construisent une île maison écologique

île maison écologique canada

04/11/2016

Au mois d’août, le Figaro a réalisé un coup de projecteur sur un projet immobilier hors normes. Depuis 20 ans, un couple de Canadiens construit une île écologique. Une véritable forteresse flottante, très colorée et écologiquement autonome, à une demi-heure de bateau de Tofino, en Colombie-Britannique. Ce projet original est pour nous l’occasion de faire le point sur l’auto-construction.

L’auto-construction, comme son nom l’indique, vise à construire par ses propres moyens un bâtiment ou un ensemble de bâtiments, le plus souvent pour y résider à terme.

Perçue comme plus économique, elle reste réservée à un public averti. L’exemple du couple canadien est éloquent. Il leur a fallu vingt ans pour réaliser leur projet, certes d’envergure.

L’auto-construction consiste à limiter au maximum l’intervention externe d’artisans et d’entreprises du bâtiment. Le « do it yourself » peut se cantonner à la finalisation du gros œuvre réalisé par une entreprise, ou aller jusqu’à l’auto-construction à 100%, depuis la dalle béton jusqu’à la décoration intérieure.

Mais construire une maison ne s’improvise pas. Les risques de malfaçon sont importants. Construire une maison une ou deux fois dans sa vie ne permet pas d’avoir le même niveau d’expertise qu’un artisan formé au métier et ayant réalisé des dizaines de maisons.

Cela nécessite également beaucoup de temps. Hormis quelques cas particuliers, l'auto-construction se réalise bien souvent sur le temps libre. Alors qu’une entreprise pourra y consacrer 5 jours par semaine, le particulier y consacrera plus naturellement ses soirées et son week-end.

L’auto-construction peut en revanche permettre de mieux personnaliser son projet. Par exemple, en intégrant une démarche écologique, ou en choisissant des éléments parfois trop limités dans un catalogue chez un promoteur.

L’auto-construction doit être abordée avec sagesse. Si elle semble accessible et réalisable dans le cadre de petites surfaces (extension, abri), elle peut se révéler nettement plus périlleuse dans le cas d’une construction de maison. Plus économique sur le plan des dépenses, elle est aussi plus chronophage. Sans compter les risques encourus, par manque d’expérience ou de connaissance, en matière de sécurité ou de durabilité.

Une fois que vous aurez fait la part des choses entre le rêve et la réalité, vous pourrez passer au concret. Un crédit travaux ou un prêt immobilier peuvent parfois être sollicités pour un projet d’auto-construction. Il ne faut donc pas hésiter à contacter votre banque, qui pourra proposer des taux plus attractifs que des crédits à la consommation pour le financement des outils et des matériaux nécessaires.

À lire également :