Actualité

Rennes construit sa seconde ligne de métro

Rennes métro

25/05/2016
Mis à jour le 23/03/2017

Plus petite ville de France à être équipée d’un métro, Rennes passe la vitesse supérieure avec la construction d’une seconde ligne. Son ouverture est prévue pour 2019. Avec 1 milliard d’euros de budget, cette opération est la plus importante à l’échelle nationale en dehors de la région Ile-de-France. D’une longueur de 14 kilomètres, la nouvelle ligne de métro de Rennes devrait permettre de faire passer le flux de voyageurs des transports en commun de 71 à 120 millions par an, sans oublier d’importantes retombées économiques et une valeur ajoutée pour l’immobilier à Rennes dans quartiers desservis.

RENNES ET LE MÉTRO, UNE HISTOIRE QUI DATE DE 2002

Avec 211 000 habitants, Rennes est la 11e ville de France et la capitale de la Bretagne. Elle appartient au club très fermé des villes françaises à compter un métro, avec Paris, Marseille, Lyon, Toulouse et Lille. De 1997 à 2002 d’importants travaux ont permis de construire une première ligne longue de 9,4 kilomètres. Pour l’anecdote, jusqu’en 2008, Rennes était même la plus petite ville au monde à disposer d’un métro. Avec cet outil ultra moderne le nombre de voyageurs empruntant les transports en commun à grandement augmenté, passant de 38 millions en 1998 à plus de 71 millions.

RENNES FAIT LE PARI D’UNE SECONDE LIGNE DE MÉTRO

Devant le succès rencontré, l’agglomération rennaise a décidé de construire une seconde ligne de métro. Les travaux ont débuté en 2013 et vont se poursuivre jusqu’en 2020. Hors région Ile-de-France, il s’agit du plus gros chantier actuel au niveau national, avec un budget qui avoisine le milliard d’euros (972M€). Cette ligne s’étendra sur 14 kilomètres (dont 12,8 à usage commercial) et reliera Cesson ViaSilva à Saint Jacques-Gaité. Dix-neuf rames automatiques de deux voitures assureront la liaison entre les 15 stations qui vont être construites. Un énorme tunnelier de 1 450 tonnes et 82 mètres de long, baptisé Elaine, est entré en service et creuse les galeries. La fin des travaux est prévue pour 2019 et dès 2020 l’agglomération attend 120 millions de voyageurs par an sur son réseau de transport en commun. Avec cette nouvelle ligne, le métro rennais desservira 73 % de la population de la ville (35 % de l’agglomération), 84 % des emplois (49 % de l’agglomération) et 96 % des sites universitaires.

MÉTRO DE RENNES DES EFFETS BÉNÉFIQUES DÉJÀ RESSENTIS

L’importance des travaux engagés apporte certains désagréments, notamment en ce qui concerne la circulation et le commerce, mais les effets bénéfiques contrebalancent très nettement cet effet. Durant les cinq années de travaux de la ligne B du métro de Rennes, ce sont ainsi 5 000 emplois (directs et indirects) qui ont été ou seront créés. Cinq cents entreprises participent au projet et une majorité d’entre elles sont bretonnes. Les retombées pour l’économie locale sont donc d’ores et déjà importantes. Ainsi, une entreprise de béton de la région se trouvait au bord de la faillite et a finalement embauché 41  personnes grâce à la construction de la seconde ligne de métro de Rennes. L’immobilier à Rennes va lui aussi bénéficier pleinement de l’arrivée de cette nouvelle ligne. Les quartiers desservis vont très logiquement gagner en attractivité et en valeur.

Retrouvez les programmes neufs de Crédit Agricole Immobilier à Rennes :