Actualité

Le street art : remède au vandalisme des biens immobiliers

street art immobilier

22/07/2016
Mis à jour le 01/03/2017

Les graffitis sous forme de fresque murale sont reconnus comme du « street art ». Ils peuvent parfois contribuer à l’embellissement d’un quartier et à la réhabilitation de zones dégradées.

Les biens immobiliers se dégradent inévitablement. Particulièrement exposées, les surfaces sur la voie publique subissent de nombreuses agressions. Pollution, dégradations volontaires, chocs de véhicules sont autant de facteurs qui abîment ces surfaces.

Certaines personnes ont eu l’idée de renverser l’approche : utiliser les graffitis pour réhabiliter des surfaces dégradées.

Les graffeurs qui souhaitent exposer leurs créations apprécieront disposer de surfaces pour pouvoir s’exprimer. Pour certains propriétaires, l’entretien des surfaces extérieures est un coût difficile à supporter, renforcé par la récurrence de certaines dégradations.

Plusieurs initiatives ont eu pour but de mettre en relation des propriétaires de biens immobiliers avec des graffeurs. Les propriétaires fournissent les surfaces à peindre, les graffeurs s’occupent de la fresque murale.

Au-delà de la réparation de la simple surface peinte, la multiplication de certaines œuvres contribue à l’embellissement d’un quartier. Dans une zone où les murs sont moroses, gris et tagués, les fresques murales des graffeurs viennent apporter un nouveau regard empreint de couleur et de gaité.

Lorsque des biens immobiliers sont exposés à des risques de dégradations, il est important de vérifier les clauses de son contrat d’assurance habitation. Dans le cadre de dégradations liées à un dégât des eaux, à un cambriolage ou à un incendie, l’assurance habitation couvrira généralement la remise en état du bien. Par contre, dans le cas d’actes isolés de vandalisme, dont la volonté est uniquement la dégradation volontaire, les dégâts ne seront couverts qu’à défaut d’avoir souscrit une option « vandalisme ». Les tags qui surviennent à l’extérieur du logement font partie de ces dégradations volontaires.

Lorsqu’un bien immobilier est exposé au risque de vandalisme, le propriétaire a intérêt à vérifier que ce risque est couvert soit par l’assurance habitation, soit par une assurance spécifique. Si les actes de vandalisme sont trop fréquents, le propriétaire immobilier garde comme option de proposer à des artistes de réaliser une fresque murale en graffiti, afin de ne pas laisser une zone libre aux vandales. Il est possible de préciser un thème à ces artistes de rue ou de laisser libre cours à leur créativité. Dans ce cas il faudra veiller à ce que  le contenu de la fresque relève que de l’artistique et non d’une revendication contre un tiers. Enfin il est tout de même préférable de se rapprocher de la municipalité pour vérifier que l’initiative ne s’oppose pas aux décisions d’urbanisme.

À lire également :

Les contrats d’assurance dommages sont assurés par PACIFICA, S.A. au capital entièrement libéré de 281 415 225 €, entreprise régie par le Code des Assurances. Siège social : 8-10 Boulevard de Vaugirard 75724 Paris Cedex 15. 352 358 865 RCS Paris. Les événements garantis et les conditions figurent au contrat.

Les différents contrats d’assurance sont distribués par votre Caisse Régionale de Crédit Agricole, immatriculée auprès de l’ORIAS en qualité de courtier. Les mentions de courtiers en assurances de votre Caisse sont à votre disposition sur www.mentionscourtiers.credit-agricole.fr ou dans votre agence Crédit Agricole.