3 personnes ont trouvé cette actualité utile.

Votez pour cette actualité

Actualité

Le marché de l’immobilier poursuit sa croissance

croissance marché immobilier

10/11/2016

Le marché immobilier a fait sa rentrée dans une dynamique de croissance, que ce soit au niveau du volume de transactions ou bien au niveau des prix de l'immobilier. L'immobilier ancien en province se démarque toutefois plus nettement que le marché francilien. Le marché est encouragé par trois initiatives gouvernementales prolongées jusqu’en 2017 : le PTZ (dont le nombre a doublé au 1er trimestre 2016 par rapport au 1er trimestre 2015), l’Eco-PTZ, ainsi que le dispositif Pinel.

Les opportunités de déduction fiscale découlant de la loi Pinel devraient donc permettre de soutenir encore le marché immobilier pendant au moins un an. Pour l'ancien, les nouvelles versions du Prêt à Taux Zéro et de l'Eco-PTZ ont indéniablement contribué à soutenir la demande, ce qui a engendré une reprise à la hausse des prix. Difficile de prédire quel serait l'état du marché immobilier sans ces dispositifs réglementaires qui aident les accédants à la propriété. En attendant, les investisseurs immobiliers peuvent continuer à jouir d’un contexte favorable. 

Le site de petites annonces immobilières Seloger.com a publié récemment un baromètre actualisé des prix de l'immobilier en France. C'est une hausse des prix qui marque la rentrée.

La très grande majorité des grandes villes françaises ont vu leur prix de l'immobilier augmenter. 80% de ces grandes villes ont, en effet, des prix en hausse dans l’ancien. Ces variations sont hétérogènes, parfois à la marge tel qu’à Lyon (+ 1,1%), à Marseille (+ 0,3 %) ou encore à Paris (+1%). Pour d'autres villes, la hausse est nettement plus marquée : près de 5 % de hausse pour Strasbourg, Mulhouse, Bordeaux, Dijon, Tours, Reims ou bien encore Angers. La palme de ces hausses revient à Nîmes, qui voit son prix au mètre carré augmenter de 15,2 % en un an. Ces hausses des prix de l’immobilier dans l'ancien sont relativement importantes.

Dans l’immobilier neuf, en revanche, les variations sont plus discrètes, même si la tendance à la hausse est également présente. L’immobilier neuf avait déjà profité d’une très bonne dynamique en 2015, notamment grâce au dispositif Pinel. Cette dynamique se poursuit, mais naturellement de manière plus faible. Les hausses des prix de l’immobilier dans le neuf ne dépassent pas 4% sur l’ensemble du territoire.

Cette situation, malgré un ralentissement en 2016, reste encourageante. En 2015, la progression du nombre de transactions était de +15,6% en un an (par rapport à 2014). Le volume de transactions immobilières dans le neuf confirme cette bonne santé. On observe, en effet, une hausse des transactions de l'ordre de 5% par rapport à la même période de l’année 2015 en région Île-de-France, et de plus de 10% pour la province.

À lire également :