0 personne a trouvé cette actualité utile.

Votez pour cette actualité

Actualité

L’isolation extérieure pour améliorer la performance énergétique

isolation extérieure

22/06/2016
Mis à jour le 10/08/2016

Lorsqu’il s’agit d’isoler une maison ou un appartement, la plupart du temps, les travaux commencent à l’intérieur du bâtiment. Mais les parois extérieures méritent également un traitement isolant, qui peut s’avérer rentable.

L’isolation permet de faire des économies d’énergie, et d’améliorer le confort du logement. Elle rend les espaces de vie moins bruyants, moins énergivores, et plus agréables, notamment en adoucissant les variations de température.

Parmi les matériaux fréquemment utilisés, on trouve le polystyrène expansé, la laine de verre et ou la laine de roche. Certains isolants sont mêmes associés aux matériaux de finition. Les plaques de plâtre, pour revêtir les murs intérieurs, sont ainsi souvent proposées avec un doublage en polystyrène. Ces produits sont au premier rang des mises en avant des grandes surfaces spécialisées. En adaptant la pose, ils peuvent s’utiliser également à l’extérieur. D’autres produits spécifiques existent, mêlant isolation et revêtement extérieur.

Pour une isolation par l’intérieur, il suffit de recouvrir les parois de chaque pièce. Le chantier est localisé et il n’y a guère de difficulté pour poser l’isolant. Pour couvrir l’extérieur, en revanche, il faut un échafaudage plus ou moins important pour atteindre les façades dénuées de plancher. Dans un immeuble de logements collectifs, c’est la copropriété qui est chargée des travaux de façade et de pignon, car il s’agit de parties communes.

Au-delà de l’aspect technique de la pose, l’isolation extérieure engendre naturellement une modification du revêtement de la façade. Le plan local d’urbanisme peut alors venir orienter les choix de l’isolant en imposant certaines contraintes, alors que l’aspect intérieur reste au libre choix de l’habitant.

Davantage exposés aux intempéries et à divers risques comme celui de l’incendie, les isolants extérieurs ont des caractéristiques spécifiques. Le coût des matériaux et de la pose extérieure s’avère souvent plus important que dans le cas d’une isolation par l’intérieur. Mais ce surcoût peut être compensé.

Lorsque vous renforcez l’isolation intérieure, il vous faut souvent augmenter l’épaisseur des murs. Cette augmentation réduit, de fait, la superficie de la pièce, et donc sa valeur immobilière.

À titre d’exemple, pour une pièce de 5 mètres de long et 3 mètres de large à laquelle on rajoute 10 cm d’isolant sur chaque mur, la superficie passe de 15 m2 à 13,4 m2. C’est donc une perte sèche sur la valeur du bien immobilier, en plus du financement des travaux.

La réforme du plan local d’urbanisme, qui prévoit plus de souplesse, devrait permettre de lever certaines contraintes pour que l’isolation par l’extérieur se développe. Pour un propriétaire, le surcoût de ce type d’opération par l’extérieur peut vite être compensé par la superficie préservée à l’intérieur du logement, tout en apportant les gains habituels du renforcement de l’isolation énergétique. De plus, ces travaux d’isolation peuvent être financés par l’éco prêt à taux zéro, sous conditions.

À lire également :

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Dans le cadre de la réglementation de l’éco-prêt à taux zéro en vigueur au 1er janvier 2016 susceptible d’évolutions et sous réserve d’acceptation de votre dossier de financement par votre Caisse régionale de Crédit Agricole, prêteur. S’agissant de prêts destinés à financer uniquement des travaux, le prêt prendra la forme d’un prêt immobilier ou d’un prêt à la consommation en fonction de la nature de la garantie demandée par votre Caisse régionale.  Pour un prêt immobilier, vous disposez d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter l’offre de prêt. La réalisation de la vente est subordonnée à l’obtention du prêt. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit vous rembourser les sommes versées. Pour un prêt à la consommation, vous disposez d’un délai légal de rétractation de 14 jours calendaires.