Actualité

L’exode des Vénitiens

exode venise

16/02/2017
Mis à jour le 28/03/2017

Paris n’est pas la seule ville du monde à connaître un marché immobilier très tendu. D’autres zones vivent une tension immobilière extrême. C'est le cas notamment de Venise, qui assiste à un véritable exode de ses habitants.

Venise est une ville historique et touristique. Il n'en fallait pas moins pour que les prix de l'immobilier explosent. Confrontés à des prix en forte hausse, les habitants rencontrent de plus en plus de difficultés pour se loger. Les jeunes ne parviennent plus à s'installer. Ce sont donc principalement des investisseurs qui achètent l'immobilier pour en faire des biens meublés touristiques.

Le phénomène est quelque peu comparable à Paris, mais en plus intense, notamment en raison de la taille plus réduite de la ville de Venise. La multiplication des logements en meublé touristique fait fondre l'offre de logements résidentiels. La taille de Venise, nettement plus petite que Paris, rend cette cannibalisation du résidentiel par le touristique particulièrement conséquente.

Un double effet amplificateur se produit : une baisse du nombre de logements disponibles, cumulée à une augmentation des prix de l’immobilier. La tension immobilière est devenue telle que les Vénitiens n'hésitent plus à manifester pour alerter sur leur situation, et demander une régulation du marché immobilier. La dernière manifestation a eu lieu en novembre 2016. Venise perd 1.000 habitants par an. Sa population est ainsi passée de 100.000 habitants il y a 40 ans, à 55.000 aujourd’hui.

Le cas de Venise interpelle et interroge, en écho au marché français. Certes, ce dernier n’atteint pas les mêmes extrêmes que la ville aux gondoles, mais la tension immobilière reste importante et oblige les pouvoirs publics à prendre des mesures préventives, comme le plafonnement des loyers par exemple. Sans ces effets correctifs, qui sait, un jour, on pourrait voir les Parisiens manifester dans la rue.

À lire également :