1 personne a trouvé cette actualité utile.

Votez pour cette actualité

Actualité

Finistère, le département de la mer

Finistère Océanopolis

03/11/2016

Institutions maritimes, centres d’étude et de protection des océans, prédominance en matière de pêche… Le Finistère est un département qui a fait de la mer sa raison d’être. La preuve en 7 arguments, soit autant de raisons de s’installer dans le Finistère !

L'Ifremer

Premier pôle mondial de recherche océanographique, l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer) fut créé en 1984. L’institut a pour mission de conduire et de promouvoir des recherches sur le monde marin : ressources des océans, exploitation durable, protection des eaux, développement socio-économique, etc. Le centre de Brest est l’implantation régionale la plus importante, mais le projet d’y transférer le siège social qui se trouve à Paris est en discussion depuis 2014.

Le pôle mer Bretagne Atlantique

Le Pôle Mer Bretagne Atlantique, installé sur le technopôle Brest-Iroise, a pour but de valoriser les ressources maritimes françaises d’un point de vue stratégique, économique, géographique et environnemental. Pôle de compétitivité à vocation internationale, il s’organise autour de 6 domaines de compétences :

  • sécurité et sûreté maritimes ;
  • recherche et développement naval et nautique ;
  • développement des ressources énergétiques et minières marines ;
  • préservation et exploitation des ressources biologiques marines ;
  • aménagement du littoral et protection de l’environnement ;
  • conception des futures infrastructures portuaires et maritimes.

Le Parc marin Iroise

Créé en 2007, le Parc marin d’Iroise est le premier parc naturel marin du territoire français. Il a été fondé pour assurer la préservation et le développement durable de la mer d’Iroise, un patrimoine naturel exceptionnel réputé pour la richesse de son écosystème. On y rencontre quelque 300 espèces d’algues marines, 120 espèces de poissons, un quart de la population des mammifères marins français et de très nombreux oiseaux marins.

Les fêtes maritimes de Brest et Douarnenez

Les fêtes maritimes de Brest et de Douarnenez sont traditionnellement dédiées à des rassemblements de voiliers patrimoniaux et historiques, venus de partout dans le monde. Elles sont organisées à intervalles réguliers, tous les 4 ans à Brest, tous les 2 ans à Douarnenez, et ce depuis une vingtaine d’années. Au-delà des bateaux, les passionnés sont invités à assister à des concerts, des expositions, des animations ainsi que des parades maritimes et des feux d’artifice, sur mer comme sur terre.

Océanopolis

Situé près du port de Brest, le centre Océanopolis est consacré à la découverte des milieux marins. Ouvert en 1990, il était envisagé comme une fenêtre sur les activités de recherche maritime implantées dans le Finistère. 4 pavillons aux environnements variés (tempéré, tropical, polaire et biodiversité) permettent de visiter 68 aquariums et bassins, ouvrant sur un écosystème de quelque 10 000 animaux et végétaux. Avec une moyenne de 500 000 visiteurs par an, c’est aussi le site touristique payant le plus visité de Bretagne.

Le pôle France Finistère

Les compétiteurs sur mer ont leur école : le pôle France Finistère, dit aussi « Finistère Course au Large ». Le pôle, qui abrite la première école de voile en Europe, se voue à l’entraînement et au suivi des compétiteurs de haut niveau, notamment en préparation de courses comme la Route du Rhum, la Solitaire du Figaro ou le Vendée Globe. Cette structure associative a également vocation à repérer les futurs espoirs de la navigation et à contribuer à leur formation via des contrats professionnels.

La pêche

Le Finistère est le premier département de France (et la Bretagne la première région d’Europe) en tonnage et en valeur des pêches débarquées.Quatre ports finistériens sont parmi les six premiers ports de pêche français pour les valeurs débarquées : Concarneau, Le Guilvinec, Loctudy et Saint-Guénolé. Le département contribue au tiers de l’approvisionnement du pays en produits de la mer, et à la quasi-totalité de la pêche de thon tropical (100 500 tonnes). C’est le moteur de l’économie du Finistère.