Actualité

Ces éco-matériaux qui ne sont pas d’origine naturelle

Eco-matériaux, le ciment écologique

12/09/2017

Quand on dit « éco-matériaux », on pense d’emblée à des matériaux de construction naturels. C’est-à-dire biosourcés (issus de la nature) comme le bois, le chanvre ou la paille – parmi les plus utilisés. Or, tous les matériaux écologiques n’ont pas une origine naturelle. Au-delà de la nature même du produit concerné, c’est son impact environnemental qui fait qu’il est « éco » ou non !

Qu’est-ce qui rend un matériau écologique ?

Pour réaliser des travaux, le recours à des matériaux de construction écologiques peut être motivé par plusieurs facteurs. C’est un choix qui doit être apprécié dans sa globalité. De sorte que la dimension écologique d’un éco-matériau peut être liée aussi bien à son procédé de fabrication, à son impact sur la réduction des déchets ou bien encore au faible impact carbone de son transport.

En effet, l’acheminement joue un rôle crucial sur les taux d’émission de CO2. Tout matériau en provenance d’une destination lointaine, même s’il est 100% écolo à la base, voit donc son bilan carbone pénalisé par les longues distances à parcourir, productrices de grands volumes de gaz à effet de serre. 
La contribution à la réduction de déchets est un autre critère fondamental. Le ciment écologique en est un bon exemple, tout comme les bouteilles plastiques qui sont recyclées et qu’on retrouve dans certains isolants ou dans les moquettes.

Des éco-matériaux de construction pas forcément biosourcés

Sous l’angle de tous ces critères, les matériaux de construction écologiques ne se limitent plus à la paille, au bois, au chanvre ou bien encore à la laine de mouton. Bien que non biosourcé, le parpaing, par exemple, se révèle tout de même écologique en raison de son procédé de fabrication : il est produit localement et ne consomme que peu d’eau.
Autre exemple : un ciment « vert » produit par l’entreprise Ecocem, qui ouvre une nouvelle usine à Dunkerque. Si la production de ciment est habituellement responsable de 5% des émissions de CO2, celui-ci est fabriqué à partir des déchets des hauts fourneaux produits par l’industrie métallurgique (en l’occurrence : ArcelorMittal), ce qui réduit considérablement son bilan carbone. Ce ciment, qui permet de faire du béton, n’est donc pas un matériau proprement naturel, mais bel et bien écologique.

À lire également :